Je ne suis pas (complètement) folle

Ma blonde prétend que je suis en train de virer folle. Bon, ce n'est pas la... (123RF)

Agrandir

123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Ma blonde prétend que je suis en train de virer folle. Bon, ce n'est pas la première fois, et on ne peut pas lui donner complètement tort. Mais là, elle me soupçonne de développer un toc en lien avec la programmation du Festival Cinéma du monde.

« Encore?! L'apprends-tu par coeur, coudonc? » (C'est dit sur un petit ton désagréable au possible, mais passons sur les aléas de la vie de couple.)

Non, je n'essaie pas de transférer la programmation sur le disque dur un brin mollasson de mon cerveau, mais force est d'admettre que j'ai un peu de difficulté à faire des choix. Une fois cette 4e édition du FCMS lancée, ce soir, avec la première canadienne de Patients, film français tiré de l'autobiographie du slammeur Grand Corps Malade, je ne sais pas trop à quel saint me vouer.

Pas grave pour une athée, me direz-vous, mais ça n'arrange rien, je veux tout voir, tout entendre, tout ressentir, tout absorber. Je me prépare à un régime de réglisse et de popcorn pour visionner un max de films sans manquer de débats, de rencontres, de projections gratuites en plein air et de conférences. Moi aussi, je veux être partout.

Pourquoi?

Parce qu'il faut bien en être de plus en plus conscients, c'est une saprée chance qu'un pareil festival vienne nourrir Sherbrooke et le monde, les Sherbrookois et le monde, le monde et le monde.

C'est juste du cinéma, la grande, calme-toi.

Oui, mais non. Ce n'est pas que du cinéma.

C'est la vie de tous ces là-bas, ces d'ici aussi.

C'est la vie maintenant, en rires, en larmes, en cris et en silences, en drames et en comédies, en animation, en chair, en os, en battements coeur et dans un éventail de langues qui fait grand bien à l'oreille.

C'est pas un cinéma pour « se vider la tête », mais bien pour se remplir l'esprit.

En espérant que vous viendrez faire le plein.

Moi j'y passerai la semaine et je serai bien curieuse de savoir ce que vous avez vu et ce que vous en avez pensé, alors arrêtez-moi quand on va se croiser.

Vous me direz si vous êtes fous vous aussi.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer