T'as des fruits dans ta cour ?

Jacynthe Grenier lance le projet Fruits dans ta... (Spectre média, Marie-Lou Béland)

Agrandir

Jacynthe Grenier lance le projet Fruits dans ta cour, qui devrait non seulement contrer une partie du gaspillage alimentaire, mais aussi créer des liens communautaires encore plus fort en sol sherbrookois.

Spectre média, Marie-Lou Béland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Quand j'étais floune, y avait deux pruniers derrière la maison de mes grands-parents, et le deuxième voisin en descendant vers le village, monsieur Vallières, possédait sur son terrain d'immenses cerisiers et pommiers dans lesquels il nous laissait grimper pour nous goinfrer jusqu'à ce que le ventre vous fermente.

Bon, ils n'étaient peut-être pas si gigantesques que ça, mais pour la fillette de 5 ou 6 ans de cette lointaine époque, tout était pas mal surdimensionné. Ça vaut aussi pour le nombre de kilos de pommes qu'on allait « voler » avec ma mère dans le fond de rangs inhabités, pour le juteux des poires dans le verger chez ma tante Angèle, pour les kilomètres de mûres et de framboises qu'on allait débusquer avec ma grand-mère et pour les mers de fraises des champs qu'on mangeait sur place parce que... Well, juste parce que.

N'en doutez pas, j'ai assez de souvenirs fruitiers pour en faire des centaines de milliers de pots de gelée et de confiture.

Et ce n'est pas fini.

Pas fini parce que des arbres fruitiers, il en existe toujours. Et pas que chez moi, chez vous aussi, et chez votre voisin, et chez le beau-frère et le collègue de travail.

En fait, des arbres fruitiers, il y en a un peu partout, à la ville comme à la campagne, et comme les petits voisins d'aujourd'hui ne sont plus aussi disposés à y grimper pour assouvir leur gourmandise, les fruits restent trop souvent en plan sur le plant.

Plus maintenant.

À Sherbrooke comme à Montréal, Toronto, Vancouver et bon nombre de villes étrangères, voici qu'on se prépare à cueillir le fruit quand il est bien mûr, et à le partager, c'est bien sûr.

Jacynthe Grenier lance officiellement Fruits dans ta cour, un mouvement tout ce qu'il y a de plus simple et qui fonctionne depuis un moment déjà dans plusieurs métropoles.

Le principe est assez simple.

Vous avez des arbres fruitiers? Vous levez la main, des bénévoles débarquent chez vous, cueillent ce qui peut et doit être cueilli. On sépare ensuite la récolte en trois : une part au proprio de l'arbre, une part aux bénévoles et une troisième part, c'est le bout le plus délicieux, est acheminée directement chez Moisson Estrie, qui redistribue auprès d'une dizaine d'organismes associés.

Oui, vous avez bien lu, mais je vous laisse une minute pour relire le paragraphe précédent.

Pas pire hein? T'sais, le gaspillage, le don, le bénévolat, l'entraide pis la vie communautaire, quand tu mélanges tout ça avec un brin d'initiative, ça donne une pas pire recette quand même. Ç'a l'air que tout est dans le mélange des saveurs.

Jacynthe Grenier ne s'en cache pas, quand elle a vu un reportage sur le sujet, c'est venu la rejoindre dans ce qu'elle a de plus écolo, elle qui a toujours intégré dans sa vie familiale recyclage et revalorisation d'objets, de meubles et de vêtements.

Le reportage à peine terminé, elle a fait quelques recherches, rien n'existait de tel dans le coin. L'ancienne agente immobilière a décidé d'aller de l'avant, a tendu des perches vers Moisson Estrie et quelques propriétaires d'arbres fruitiers dans son Vieux-Nord natal et son Rock Forest d'adoption, mis sur pied un site web et une page Facebook. Voilà, tout est prêt et la saison des récoltes peut s'amorcer.

« Chaque fois que j'ai approché des gens qui avaient des arbres fruitiers sur leur terrain pour leur expliquer la démarche, ils étaient vraiment ouverts. Souvent, une partie des fruits reste là parce qu'on en a trop ou qu'on ne sait pas quoi en faire. Là, on vient contrer le gaspillage et permettre à des gens de s'approvisionner de produits frais et disponibles tout à fait gratuitement », raconte Jacynthe Grenier.

« Oui mais là, comment elle fait son argent la madame de Fruits dans ta cour? » vous demandez-vous.

Ben elle fait pas une cent avec ça, les amis, et c'est peut-être le petit ingrédient le plus savoureux de cette recette nouvelle.

« Mon travail, c'est complètement autre chose. Ça, c'est plus une façon de faire ma part pour aider les gens. C'est mon bénévolat. On a beau dire que les gens sont individualistes, je pense que quand on s'unit, quand tout le monde y va de sa contribution, ça peut faire avancer et changer les choses. »

Et ça peut éventuellement constituer les plus beaux souvenirs fruitiers du monde.

* Pour les gens qui aimeraient partager les fruits de leur récolte ou devenir cueilleurs bénévoles avec Fruits dans ta cour, il est possible de communiquer avec Jacynthe Grenier au 819 345-7808, par courriel à fruitsdanstacour@outlook.com ou encore en visitant le site web ou la page Facebook du même nom.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer