Le chant du coq

M'sieur Marcel et ses poulettes vous saluent bien... (Collaboration spéciale, Annick Sauvé)

Agrandir

M'sieur Marcel et ses poulettes vous saluent bien tendrement.

Collaboration spéciale, Annick Sauvé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) CHRONIQUE / Comme ça, vos poules sont arrivées ou juste sur le point de? Beau-papa a passé quelques après-midis à la maison pour ériger la planque des poulettes, y a même peint ça de couleur pis ajouté des petites poulettes au pochoir? C'est vraiment cute, elles vont être bien?

Bien tu dis? Non madame, ça va être des poules heureuses.

Sais-tu quoi? J'en doute même pas. Honnêtement, tout ce mouvement des poules en ville, des jardins qui se multiplient, si tu me connais un peu, tu sais que ça me rend aussi heureuse que tes nouvelles poules. Peut-être même plus, c'est tout dire.

Tellement que j'ai annoncé ça en grandes pompes à M'sieur Marcel et sa basse-cour l'autre matin. C'est un coq d'un enthousiasme naturel, M'sieur Marcel, peu importe l'heure du jour ou de la nuit. En fait, M'sieur Marcel a trois occupations principales; chanter sa vie, honorer ses poules, jaser sur la terrasse.

Il fait souvent ça, M'sieur Marcel, le matin quand on va ouvrir le poulailler pour les laisser trimper un peu partout sur le terrain, il fait son petit tour, avec Agathe pis les autres poules, pis tout le monde finit sur la terrasse, avec les chiens pis les chats, je prends un café, ils se partagent des restes de tomates ou de melon d'eau. On chill en famille.

Fait que l'autre matin, je lui balance ça, «Hey M'sieur Marcel, sais-tu quoi? Il va y avoir pas mal de poules en ville. Le monde a envie de ça des oeufs frais pis du rapprochement avec ce qu'il met dans son assiette.»

Sur le coup, j'ai vu ses yeux s'éclaircir, c'est son petit côté ado fringant, un concentré de poules en ville, il voyait les possibilités, ça l'allumait pas mal évidemment.

Après un moment de réflexion, il s'est un peu raclé la gorge.

«Qui va s'occuper des poules, So?»

«Ben les gens qui vont en adopter, M'sieur Marcel», que je lui ai dit d'un ton rassurant.

Il était à moitié rassuré, mon gros coq. Il m'a demandé de vous faire un petit rappel.

Les poules sont vraiment des petites bêtes super agréables. Elles sont drôles, elles font une belle job avec un paquet de restes de table, elles te donnent des oeufs de malade, tu vas manger des crêpes de course, vraiment.

Et puis, c'est cool d'apprendre la valeur des choses, de constater qu'une poule pond pas nécessairement tous les jours, qu'elle a besoin de bouffe, d'eau, de lumière, d'un perchoir pour le dodo et d'un pondoir pour le coco.

Et puis, c'est un engagement à moyen-long terme, une poule, ça vit quelques années alors ça fait partie de la famille, été comme hiver, à + 30 comme à - 30.

Je pense que c'était surtout ça qu'il voulait que je te dise, M'sieur Marcel. Que t'sais, c'est cool si t'installes une ou quelques poules dans l'arrière-cour, que les enfants tripent en apprenant la réalité d'une partie de la chaîne alimentaire, qu'ils ramassent les oeufs en allant leur mettre de l'eau fraîche, que vous vous bourriez de quiche maison plutôt que de trucs tout faits de l'épicerie.

Tout ça, c'est cool, fait dire M'sieur Marcel. Ce qui l'inquiète, c'est ce que tu vas faire à la fin de l'été, une fois passés le plaisir de la nouveauté, les chauds matins ensoleillés et les tout aussi chaudes soirées d'été. Ce qui l'angoisse un peu, c'est ce que tu vas faire avec tes poules quand les jours vont raccourcir, que le mercure va tomber pis que l'eau des poules va commencer à geler.

En gros, M'sieur Marcel voudrait être sûr que t'as pensé à la suite des choses, qu'il n'a pas à s'inquiéter pour ses petites poules, qu'il peut se fier à toi, que t'as pensé à tout ça pis que tu vas pas aller dropper les poulettes dans le fond d'un rang pour soulager ta conscience pis ton emploi du temps.

J'ai dit à M'sieur Marcel que je te ferais le message, c'est fait, mais qu'il n'avait pas à s'inquiéter, que t'étais fiable. Vraiment fiable.

Il s'est remis à chanter sa joie.

Fais-moi pas mentir, s'te-plaît.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer