Monte le son!

J-F Ouellet s'est affairé au cours des derniers... (Spectre Média, René Marquis)

Agrandir

J-F Ouellet s'est affairé au cours des derniers jours à tout mettre en place pour la Journée des disquaires indépendants, ou le Record Store Day, si on préfère.

Spectre Média, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) CHRONIQUE / Je suis repartie avec Songs for the new depression de Bette Midler, Slow train coming de Dylan, les Deux cents nuits à l'heure de Fiori Séguin et Au milieu de ma vie, peut-être à la veille de... de Pauline Julien. Autrement dit, j'ai fait preuve de retenue, ce qui m'arrive assez rarement, mais aussi d'une certaine générosité à votre égard.

C'est aujourd'hui la Journée des disquaires indépendants, aussi connue sous le nom de Record Store Day, partout au pays, dans les États-Unis pis dans les Europe, comme disait ma grand-mère, mais tout particulièrement chez Musique Cité, juste en haut de la King Ouest, presque au coin de Cathédrale.

Pis c'est parce que c'est une maudite belle place pour passer un petit bout de ta journée ensoleillée que j'ai laissé quelques vinyles traîner pour toi. Nina Hagen, Dalida, un Bowie, un vieux Ferland, ben du métal, mais ça c'est pas parce que j'suis généreuse c'est juste parce que j'en écoute pas.

J'en ai quand même écouté pendant que je fouillais dans l'incroyable répertoire du Musique Cité que J-F Ouimet tient avec autant de fierté que Sylvain Lecours avant lui. Y a eu du métal pendant un bon bout en musique de fond, puis juste un peu avant que je quitte, y a Cindy Lauper qui s'est mise à chanter. J'ai pensé que J-F essayait de me garder sur place plus longtemps.

«J'ai des goûts vraiment très larges en termes de musique, j'aime ça varier les genres», qu'il m'a expliqué.

Musicien quand le soleil se couche au sein du groupe punk métal Sights of War, J-F Ouimet est en effet avant toutes choses un mélomane fini. Il aime le son riche du vinyle ou de la cassette 4-tracks, mais il apprécie aussi le cd et achète même parfois de la musique en version numérique. En fait, la seule chose qu'il ne fait pas, c'est télécharger illégalement.

C'est pas juste illégal, ce genre de téléchargement, c'est immoral.

Comme un monde sans musique serait complètement immoral.

Un monde avec de la musique, j'ai découvert ça à 6 ou 7 ans, dans ces eaux-là, par le biais de Jeannine, la cousine de ma mère. Elle avait une pile de 45 tours, dont Le téléphone pleure de Claude François, mais aussi Fugain et son Big Bazar qui chantaient Les gentils et les méchants «Ils font l'amour le samedi, les gentils, ils font ça n'importe quand, les méchants...»

Ça marque son enfant de 6-7 ans tout ça. Assez pour que je comprenne que la musique, c'est la vie sous toutes ses coutures, me donner envie d'être musicienne, réaliser que j'avais le talent d'un 2 par 4 pis me résoudre à juste aimer la musique.

J'aime la musique, les gens qui la font, et les gens, comme J-F Ouimet, qui se démènent à leur façon pour qu'on n'oublie jamais que c'est pas juste du vent dans les branches (ben oui c'est beau le son du vent dans les branches) mais qu'il y a aussi plein de vie, de monde, d'histoire pis de racoins à explorer dans la musique.

Aujourd'hui, y a environ 3000 vinyles, cassettes et cd à vendre chez Musique Cité, de l'usager, mais du neuf aussi, dont L'amour est sans pitié de Leloup, réédité en vinyle pour célébrer son 25e anniversaire et le Metallica live de 2003 au Bataclan, en version cd cependant.

Mais sachez-le, ce n'est pas que grand jour de vente, chez Musique Cité, c'est aussi et surtout grand jour de fête. Le barista mobile du Tassé sera sur place avec les doses de caféine appropriées et DJ Michel Alario a préparé une play-list qui résonnera de 11 à 17heures.

Bref, ramasse tes lunettes de soleil, la musique t'attend. Mais je vais peut-être repasser avant pour les Nina Hagen...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer