Histoires de café(s)

Les baristas du Tassé Édouard Fabi et Guillaume... (Spectre Média, René Marquis)

Agrandir

Les baristas du Tassé Édouard Fabi et Guillaume Isabel espèrent préparer cet après-midi un max de cafés latte à moitié prix afin de se préparer pour le Latte Art Throdown du week-end prochain à Québec, une compétition d'art plutôt originale.

Spectre Média, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) CHRONIQUE / «J'aime tellement ce petit café, si j'avais 20 ans, je viendrais étudier ici tout le temps. J'y passerais mes journées et mes soirées. »

Je suis en train de luncher au Kaapeh avec l'amie Marie, qui n'a peut-être plus 20 ans, mais qui a tout de même adopté le sympathique café de la rue Frontenac comme d'autres sont devenus des accrocs du Croquis, du Singing Goat, du Pierre Jean Jase, du Globe, du Aragon, du Tassé et tutti quanti.

Là-dessus, moment de confession, j'avoue mon côté volage. J'aime particulièrement la bouffe ou l'accueil des uns, le café et l'atmosphère des autres, le soleil matinal ici, la faune de fin d'après-midi là-bas.

Peu importe, j'aime les cafés de quartier autant que les cafés de villages, parce que le rythme nécessairement un peu plus lent qui te permet d'apprécier le lieu où tu te trouves, le bon dans ta tasse et la compagnie avec qui tu le partages (même si t'es tout seule!), parce que le pas standardisé, et donc les surprises plus souvent merveilleuses que désagréables, mais aussi et surtout en fait parce que les gens et les rencontres potentielles, que ce soit à la table d'à côté ou derrière le comptoir.

Tiens. Juste là, je te propose une expérience. Si tu as pris l'habitude en baissant ta vitre d'auto d'échanger tes premières paroles matinales avec un panneau brun beige peut-être un brin impersonnel, je t'invite un de ces quatre à aller tester l'accueil de Caro pis sa gang chez Pierre Jean Jase. Tu m'en reparleras.

Bon, on continue. J'ai une autre expérience à te proposer, mais celle-ci, idéalement, ce serait cet après-midi, dans l'Essss. Oui, je sais. Vas-y pareil. Parce que cet après-midi, à partir de 13 heures, au Tassé de la rue du Conseil, juste un peu en haut de Murray, y a Guillaume et Édouard qui vont être en feu.

Guillaume et Édouard comptent parmi les meilleurs baristas de Sherbrooke. Peut-être même du Québec, mais ça on le saura la semaine prochaine au terme du concours Latte Art Throwdown qui se tiendra à Québec.

Juste au cas, je te le donne en mille, le barista, c'est le chef du café, le spécialiste de la grosse Cadillac de machine à café qui orne le comptoir, le chimiste des petits grains bien moulus, l'artiste du lait parfaitement monté et du délicat dessin offert en prime en mariant lait et crema.

Le Latte Art Throdown consiste d'ailleurs à un genre de compétition artistique : les plus beaux dessins sur latte.

Anyway, toujours est-il que Guillaume et Édouard du Tassé ont bien l'intention de s'imposer là-bas, et que pour ce faire, tout cet après-midi, au Tassé, on vous fait le latte à moitié prix pour que les gars puissent se pratiquer un max en multipliant les rosettas, les coeurs, les tulipes et les cygnes.

Ils ont lancé à la blague souhaiter en préparer mille chacun, ils apprendront peut-être que des fois tu te fais prendre aux mots, parce que, c'est fou ce que les gens ne feraient pas pour la cause.

D'ailleurs, Sam, le boss de la place, compte même offrir le service à la fenêtre... pour piétons seulement!

Dans sa vision très troisième vague du café, c'est sa façon de s'ouvrir encore davantage sur le quartier et ses gens, sa façon aussi d'accommoder les jeunes familles qui n'ont pas envie de hisser la poussette jusque sur le balcon mais qui prendraient bien un latte en poursuivant leur tour du pâté de maisons.

C'est encore une raison d'aimer nos cafés de quartier.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer