Récit de vacances

Tu reviens de vacances et tu veux vraiment... (Archives, La Nouvelle)

Agrandir

Tu reviens de vacances et tu veux vraiment parler de la pluie et du beau temps?

Archives, La Nouvelle

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

J'aime bien quand vous revenez de vacances. Vous êtes lumineux, souriants, détendus, légers. Votre corps s'est métamorphosé, il a repris de l'expansion et vous a fait perdre cet aspect de petite boule névrosée et persécutée qui siégeait devant votre ordinateur depuis quelques mois. Et ce sourire. Ce sourire de conquérant, de celui qui sait, qui a vu, qui a vécu, qui a touché l'orgasme en mitraille jusqu'à plus soif avant de prêter son âme à une séance de méditation tout aussi jouissive.

Vous revenez de vacances, le corps invitant, le feu dans les yeux, la lèvre douce. Alors je suis là, abandonnée, suspendue à vos lèvres, l'écoute généreuse, prête à absorber vos récits...

Un bulletin météo?! Vraiment?!

T'as pris le large pendant deux ou trois semaines, t'as passé du temps en famille, avec les amis, du temps seul un peu aussi c'est toujours essentiel et agréable; t'es peut-être demeuré à la maison pour te reposer et profiter de la vie, t'as peut-être traversé un ou deux continents, t'es peut-être aussi allé en camping ou à la mer avec les enfants...

On ne saura pas. Tu ne me diras pas. Tu vas commencer par me parler météo, me dire combien il a fait beau, sauf le jeudi avant-midi, mais vraiment juste une heure ou deux où il a mouillé, mais mouillé, il tombait des cordes, dieu merci y avait un centre d'achat pas trop loin vous en avez profité.

On ne saura pas. Tu ne me diras pas. Tu vas commencer par me parler météo et je vais arrêter de t'écouter.

Je sais, c'est pas cool, c'est pas généreux, c'est pas ouvert d'esprit.

Mais c'est curieux. Intéressé aussi, je te jure.

Je ne m'attends pas à ce que tu me racontes que tu as conquis l'Everest ou l'Aconcagua, nagé avec les requins en Afrique du Sud ou tué un lion pour avoir ton heure de gloire. Je n'espère pas vraiment le récit détaillé de ton enlèvement par des extra-terrestres ou un parti politique, je ne tiens pas à ce que tu me révèles les noms des gens que t'as croisés au club échangiste et c'est correct que tu restes un brin discret sur ton séjour en prison.

Mais la météo?! Vraiment?!

Pendant toutes tes vacances, t'as pas trouvé un seul point de vue digne de mention, même dans le boisé pas loin de chez toi? T'as pas rencontré une seule personne intéressante avec qui t'as refait un bout du monde? T'as pas cuisiné un seul truc, goûté une seule bière ou lu un bouquin que t'aimerais me recommander? T'as pas recommencé à courir, fait du kayak au bout du lac, foulé un site de festival, assisté à un coucher de soleil, gratté une seule toune à la guitare? T'as pas retapé le cabanon, la plate-bande et ton beau-frère, pas foulé une seule route bucolique, pas mangé de pizz sur une plage infestée de vacanciers?

Alors vas-y, parle-moi de la météo. Et cet hiver, quand tu reviendras du sud, n'oublie pas de me décrire l'hôtel et de m'évaluer le buffet sur une échelle de 1 à 10...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer