Leadership canadian

Notre leader canadien, Stephen Harper.... (ARCHIVES LA NOUVELLE)

Agrandir

Notre leader canadien, Stephen Harper.

ARCHIVES LA NOUVELLE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le courriel s'est glissé parmi un paquet d'autres courriels qui sont venus bomber le torse de ma boîte de réception dans la même petite minute. Y a de ces jours, y en a tellement, je pourrais faire que ça trier des courriels. Forcément, de temps en temps, je les épluche un peu vite, parfois même j'en échappe, à mon grand regret - j'allais dire à mon grand désespoir parce que c'est une formule connue, mais quand même, faut pas exagérer -, tout ça en jetant un oeil à « l'Objet » de chacun. L'Objet m'interpelle, j'ouvre, c'est ainsi.

Là, l'Objet a interpellé ma mauvaise humeur, que je ne savais même pas être à l'affût de quoi que ce soit. Je ne me souviens pas de la formulation exacte, je la retrouverai si ça vous intéresse vraiment, mais grosso modo, ce que ça disait, c'est que le gouvernement fédéral allait verser pour le Népal une somme équivalente aux dons qui allaient être acheminés à des oeuvres de bienfaisance par les Canadiens.

Je résume et traduis avec toute la mauvaise foi qui puisse m'habiter : si on sent que ça touche les Canadiens, on va s'intéresser à la chose et démontrer notre générosité « pas du tout intéressée ».

Leadership, man.

Toute la journée, pis encore ce matin en me levant, j'avais juste ça dans la tête. Leadership, man.

Savez, comme au téléthon où y a ce chef d'entreprise ou la présidente du conseil des élèves de l'école du coin de la rue qui se présente nerveusement à la caméra en disant « la compagnie a décidé de faire un don de tant, on invite nos employés et nos compétiteurs à en faire autant », puis l'autre « on a tenu plusieurs activités à l'école afin d'amasser tout ça pour la cause, on lance le défi aux autres écoles ».

Leadership, man. Prêcher par l'exemple. Donner le ton, le tempo, écrire la toune pis la musique. Pas taper du pied sur la contre-mesure en regardant dans les airs tout en sifflotant un autre air pas rapport.

Chaque semaine, dans plein de circonstances et pour un paquet de causes, des jeunes du primaire, des propriétaires de chiens, des travailleurs d'usine, des bénévoles de divers organismes, des survivants du cancer, des non-voyants, des étudiants de tous les programmes, des aînés hyper engagés et plein d'autres gens encore multiplient les initiatives afin de soutenir des causes qui leur sont chères, sensibiliser le public à leur réalité, améliorer les choses, changer le monde.

Pis toi, gouvernement canadien, t'attends de voir si on s'intéresse au Népal pour signer un chèque pis organiser tes secours?!

Des fois - souvent -, gouvernement canadien, t'es un peu gênant. Pis c'est connu, où y a d'la gêne, y a moins de plaisir.On cherchera donc notre plaisir ailleurs, pis semble-t-il pas très loin, remercions Alain de Lafontaine bien bas pour cette savoureuse programmation du Sherblues & Folk qui nous donne quasiment le goût de sauter mai et juin pour se retrouver directement début juillet downtown Sherby.

Patrick Watson, The Barr Brothers, Pink Martini, Groenland, Bernard Adamus et j'en passe, pas question de se pousser AuRotcherBeach pour manger deux-trois pointes de pizz en se trempant les pieds dans l'Atlantique à 5 degrés Celsius.

Cherchez-nous pas, on sera sur la Well, Place de la Cité, dans quelques bars et au Granada, see you there.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer