Au diable les apparences

Le parti du maire Bernard Sévigny a récemment... (Spectre média, Jessica Garneau)

Agrandir

Le parti du maire Bernard Sévigny a récemment tenu une activité de financement sur l'une des terrasses de la Cité du parc. Ce complexe appartient à la compagnie Immex, un promoteur ayant obtenu des réponses favorables pour deux projets d'envergure depuis le début de l'année.

Spectre média, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Luc Larochelle
La Tribune

Chronique / Le conseil municipal de Sherbrooke a accepté depuis le début de l'année deux demandes de changement de zonage du Groupe Immex pour des projets qui auront du poids dans le bilan économique que le maire Bernard Sévigny présentera durant la campagne électorale de l'automne.

L'ouverture d'une bande commerciale en face de l'ancien centre de distribution de BRP a pavé la voie au Complexe la santé qui accueillera à compter de l'automne la deuxième équipe de professionnels qui opérera une superclinique. Les promoteurs chiffrent l'ensemble de ce projet à 40 M$

À la mi-juin, les règles ont été adaptées aux demandes du géant Costco, qui déménagera sur les terrains appartenant à Immex sur le plateau Saint-Joseph. L'ajout d'une superficie commerciale de 800 000 pieds carrés sera le levier d'investissements chiffrés à 50 millions à cet endroit.

Le 20 juin dernier, pendant que la Ville tenait des consultations publiques pour justifier son ouverture à revoir une planification qui ne datait que de quelques années, le parti du maire Sévigny a tenu un cocktail de financement sur l'une des terrasses de la Cité du parc, qui est la propriété d'Immex.

Un choix détaché de tout intérêt politique, explique-t-on au Renouveau sherbrookois.

« Notre petit comité chargé d'organiser la collecte de fonds annuelle est dans l'opérationnel du parti, pas dans la gestion municipale. Le choix de ce site remonte au mois de mars. Nous voulions un endroit convivial et celui-là répondait à notre désir de créer un effet wow », met en contexte le coordonnateur du parti Alexandre Blanchette.

Difficile de prétendre que le bras gauche ignorait ce que le bras droit était invité à signer. En mars, l'imposant bâtiment qui a poussé le long de la rue King et de l'autoroute 410 était déjà en chantier. De plus, la Ville avait été saisie d'une demande formelle, qui avait préalablement fait l'objet de discussions sans filtre entre la direction de Costco et le maire Sévigny.

Des terrasses offrant un coup d'oeil exceptionnel surplombent chacun des immeubles du complexe de la Cité du parc. Ce sont des espaces communs proposés comme valeur ajoutée aux locataires.

La démarche pour utiliser l'une d'elles pour une activité politique partisane a été initiée par le parti municipal.

« Une représentante de la mairie nous a demandé d'agir comme intermédiaire et je l'ai référée aux gens Immex », précise le directeur de la firme de comptables Deloitte, Éric Grondin.

« Ces terrasses sont privées, mais leur utilisation n'est pas restrictive. Plusieurs groupes en ont fait usage, parfois même lors de mariages, C'est à la demande de l'un de nos locataires et en se référant aux conditions habituelles qu'une entente a été convenue avec le Renouveau sherbrookois » répond quant à lui le président d'Immex, Jean-François Morin.

Il n'y a pas de frais exigés pour une activité réunissant 50 personnes ou moins. Pour les groupes plus nombreux, la présence d'un agent de sécurité est requise. De plus, des frais de ménages sont facturés aux utilisateurs.

Entre 75 et 100 personnes ont répondu à l'invitation du Renouveau sherbrookois. La plupart d'entre elles ont versé la contribution maximale de 200 $ fixée par la loi, dont le vice-président d'Immex, Sébastien Morin. La sollicitation de même que l'usage de fonds électoraux sont autorisés. La comptabilité des dépenses soumises à un plafond ne débutera par contre qu'à compter de la fin du mois d'août.

Si le parti n'enfreint d'aucune façon le cadre légal, son choix est néanmoins discutable. « Je ne veux pas participer à une construction qui est fondée sur des perceptions. Y'a une équipe qui s'est occupée de cela dans les règles de l'art, aucun des participants n'en retirera d'avantages » se limite à dire son chef Bernard Sévigny.

Un avis partagé par Danielle Berthold et Vincent Boutin, les deux conseillers du quartier de l'est ayant voté contre les changements réclamés par Costco.

« Je n'éprouve aucun malaise d'avoir participé à une collecte de fonds chez Immex. Ça prouve que nous sommes capables de faire la part des choses », fait valoir Mme Berthold.

« Mon désaccord sur le projet Costco n'était pas un désaveu à l'égard de ces promoteurs locaux qui ont réalisé plusieurs projets de qualité à Sherbrooke ». ajoute son collègue Boutin.

Les représentants du Renouveau sherbrookois sont allés recueillir de l'argent sous le nez de Steve Lussier, un candidat déclaré à la mairie travaillant pour la Banque Nationale, qui loge dans le même édifice.

« Ce qui se passe ailleurs m'importe peu pour le moment. J'argumenterai plus tard », commente celui qui s'emploie aussi à récolter des fonds pour sa campagne.

« Nous consacrons une partie de nos fonds à la production de capsules tout en sachant que ces dépenses électorales ne nous seront pas remboursées. Les capsules sur internet s'avèrent un moyen efficace de me faire connaître. »

Steve Lussier a confirmé sa candidature le 24 mai, une semaine après avoir obtenu son accréditation du Directeur général des élections du Québec (DGEQ). Dans son cas, c'est la vitesse avec laquelle son matériel de promotion a été produit qui laisse perplexe.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer