Le pot et les vapeurs d'essence

La démission de Pierre Harvey comme administrateur de... (Archives, La Tribune)

Agrandir

La démission de Pierre Harvey comme administrateur de la Chambre de commerce pourrait être un incitatif de plus pour la Ville à lui retirer son contrat de démarchage pour l'aéroport à cause de propos controversés.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Luc Larochelle
La Tribune

(S) CHRONIQUE / Si l'annonce de lundi n'est pas qu'une brume passagère, la construction de serres de 200 millions à Weedon fera rayonner la région un jour comme capitale mondiale du cannabis médicinal, avec des facteurs de croissance économique mesurables et de vrais emplois.

Réel potentiel de renaissance économique ou simple mirage?

Ce serait un spectaculaire renversement de tendance que d'atteindre le même niveau de prospérité que les groupes criminalisés avec des opérations légalisées pour lesquelles les règles fiscales seraient appliquées. La culture du « Gold de l'Estrie » est florissante et comme elle occupe déjà pas mal de monde dans l'économie souterraine régionale, notamment dans la MRC du Haut-Saint-François qui a été particulièrement frappée par le déclin manufacturier, la main-d'oeuvre qualifiée ne manque pas. Le désarroi d'ouvriers ayant versé dans cette pratique à défaut d'autres débouchés m'a plus d'une fois été raconté.

Des travailleurs habitués à manipuler des sacs de terre et d'engrais, spécialisés dans la fertilisation des graines de Weed et formés pour veiller sur des plants de marijuana jusqu'au jour de la récolte, y'en a à plein en Estrie.

Que penseriez-vous tout de même d'une petite tisane avant de sabrer le champagne? Pour un, bien que les intentions communiquées ne soient pas dépourvues de crédibilité, j'hésite un peu à m'emballer...

*****

Une petite tisane ne ferait pas de tort au consultant Pierre Harvey, dont la plus récente frasque est d'avoir qualifié de « singes » et de « tatas » les gens ayant questionné l'implantation du nouveau magasin de Costco sur le plateau Saint-Joseph... pendant « le Sud-Soudan se meurt ».

La première sanction, M. Harvey se l'est imposée en quittant son poste d'administrateur à la Chambre de commerce de Sherbrooke à mi-chemin de son mandat de deux ans.

« Compte tenu des propos maladroits que j'ai tenus et que je regrette... je vous remets ma démission à titre de membre du conseil d'administration », reconnaît le polémiste dans une lettre qu'il a adressée ces derniers jours au nouveau président de l'organisation, Claude Denis, qui avait manifesté le désir de le rencontrer.

« Je veux vous épargner un malaise dont vous n'avez pas besoin dans vos vies suffisamment occupées », précise à ce propos dans sa missive l'administrateur s'étant placé sur la sellette.

« M. Harvey en est venu lui-même à la conclusion que ses propos pouvaient être dommageables pour la Chambre qui, convenons-en, ne les aurait jamais endossés », s'est limité à dire en entrevue le président Denis tout en affirmant n'avoir jamais exigé un départ volontaire.

La Chambre de commerce a appuyé la demande de relocalisation de Costco, qu'elle perçoit comme l'acteur de premier plan qui assurera dorénavant une saine concurrence dans le marché de la vente de carburant. Rappelons que cet organisme avait lancé le mouvement de contestation de pratiques que les tribunaux ont jugées abusives et déloyales à l'égard des automobilistes de la région.

Les reproches de Pierre Harvey attirent d'autre part l'attention sur l'absence de tout questionnement de la part de la Chambre quant à l'évolution du marché de l'alimentation à Sherbrooke. L'offre additionnelle en produits alimentaires de Costco n'a pas été mesurée par l'organisme Commerce Sherbrooke, qui ne s'est guère intéressé non plus aux impacts de l'ouverture d'un magasin d'alimentation à grande surface depuis que Walmart a greffé un Supercentre à ses installations du plateau, il y a trois ans.

« J'arrive en poste et s'il y a d'autres questions à poser, nous veillerons à ce que ce soit fait », assure Claude Denis, qui a succédé au notaire Bruno Lavoie à la présidence de la Chambre au cours des derniers jours.

Comme il s'agit de la deuxième polémique récente causée par Pierre Harvey et dénoncée par des élus municipaux, il ne faudra pas se surprendre si la Ville de Sherbrooke décide de se prévaloir d'une disposition lui permettant de mettre un terme à son contrat de démarchage pour l'aéroport, qui avait été renouvelé ces derniers mois jusqu'à un maximum de 100 000 $.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer