L'entrepreneuriat tout court

L'apport de L'Estudiantine  à la revitalisation du centre-ville... (Spectre Média, Jessica Garneau)

Agrandir

L'apport de L'Estudiantine  à la revitalisation du centre-ville a été pleinement reconnu lorsque la coopérative de logements pour étudiants est arrivée au centre-ville. L'oubliera-t-on avec Well inc.?

Spectre Média, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Luc Larochelle
La Tribune

(Sherbrooke) CHRONIQUE / À bien y penser, on risque de faire fausse route avec la marque de commerce Well inc.

Pas que le concept soit mauvais, au contraire, je reste persuadé qu'il s'agit d'un projet structurant. Mais pourquoi vouloir donner à la rue Wellington Sud l'image d'un semblant de Wall Street en sachant que ce monument du passé ne se remettra jamais de sa fracassante faillite de 2008 et qu'il n'est plus la source des courants économiques émergents?

C'est après avoir été témoin d'échanges qui n'avaient pourtant aucun lien direct avec Well inc. que j'en arrive à croire que nous aurions tort de tout miser sur cette bannière. Pas reconnu comme un marginal ou un socialiste, le premier ministre Philippe Couillard a bonifié il y a deux ans l'enveloppe consacrée au développement de l'économie sociale. Depuis, des émissaires gouvernementaux se promènent avec plus d'argent.

« Nous avons des fonds disponibles, à des conditions avantageuses et souples pour compléter le montage financier avec d'autres partenaires. Des fonds qui ne sont pas destinés à soutenir le secteur manufacturier, mais plutôt des projets qui mettent en valeur les individus » est venu dire cette semaine à Sherbrooke un représentant d'Investissement Québec, Marc Brouillette, dans le cadre de la journée de l'entrepreneuriat collectif de l'Estrie.

L'agence gouvernementale a injecté 41 M$ l'an dernier dans des projets d'économie sociale ayant généré des investissements de 254 M$ auxquels un millier d'emplois étaient rattachés, a rapporté M. Brouillette.

Ce n'est pas le genre de projet attirant la galerie politique, mais sachez qu'Investissement Québec est notamment l'un des partenaires de la Coopérative de solidarité du Cégep de Sherbrooke, entreprise effacée qui emploie une quarantaine de personnes.

« Nous avons longtemps été le seul fonds de capital de risque dans ce domaine et même si nous étions au bas de la liste des créanciers, au cours des 20 dernières années, nous avons récupéré 85 % de nos prêts. Les projets d'économie sociale sont pour la grande majorité viables, fiables et ils sont également durables. Ces entreprises ne se délocalisent pas, elles ne déplacent ni leur personnel ni leur siège social. Elles sont des actrices d'une économie durable et il serait tout à fait pertinent qu'elles soient dans le nouveau quartier entrepreneurial de Sherbrooke » analyse Philippe Garant, directeur général du Réseau d'investissement social du Québec (RISQ).

On ne réinventera pas le bouton à quatre trous, l'une d'elles a déjà les deux pieds plantés dans l'environnement du secteur à transformer. Lors de son arrivée dans le secteur Wellington-Dépôt, la coopérative de logements étudiants L'Estudiantine a d'ailleurs légitimement obtenu la pleine reconnaissance d'acteur de la relance du centre-ville.

Allons-nous nous mettre à trier les développeurs au mérite pour déterminer lesquels auront une place dans Well inc. ?

« Quand on entend des femmes du milieu des affaires dirent qu'elles sont à la recherche d'un milieu de vie au centre-ville, elles ne réfèrent pas seulement à des immeubles corporatifs. Il ne s'agit pas ici de reconnaître, en parlant des représentants des milieux communautaires ou de l'économie sociale, qu'on est prêt à faire avec. Il serait préférable de convenir de ce qu'on veut faire ensemble, car nous voulons nous aussi jouer dans les ligues majeures et nous avons le potentiel pour le faire », croit la directrice générale de la Corporation de développement économique communautaire, Karole Forand.

La question est moins de savoir si les autres acteurs économiques ont une place dans Well inc. que de déterminer comment les intégrer comme catalyseurs afin qu'ils proposent leurs propres projets.

« Nous sommes d'accord avec tout cela. Le développement ne nous fait pas peur. Notre propre salle de spectacle, au Tremplin 16-30, est susceptible d'être plus achalandée avec ce qui s'en vient, et ce serait tant mieux. L'écoute et la sensibilité que nous espérons, en demandant une planification ouverte et participative, c'est pour prévenir des problèmes et non pour en créer », plaide quant à elle Vanessa Gauthier, à titre de directrice du centre d'hébergement pour jeunes de la rue Wellington Sud et comme porte-parole du Collectif pour une Well inc.lusive.

L'administration du maire Sévigny est persuadée qu'on peut rendre l'aide aux entrepreneurs privés beaucoup plus efficace en éliminant les cloisons entre les organismes d'accompagnement. Parfaitement d'accord. La même logique d'une collaboration à aires ouvertes devrait cependant s'appliquer avec les autres développeurs afin que Well inc. soit le Quartier des entrepreneurs tout court!

Ce serait moins tape-à-l'oeil, mais plus contemporain comme approche. Plus innovant, tiens, pour sortir nos slogans des boules à mites.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer