Une ligne, deux mondes 

Un crochet vers le Vermont pour éviter le... (Archives, La Tribune, Luc Larochelle)

Agrandir

Un crochet vers le Vermont pour éviter le mont Hereford avait fourni une porte d'entrée à Hydro-Québec pour aller livrer de l'énergie vers le marché de Boston avec la ligne Des Cantons - Nouvelle-Angleterre.

Archives, La Tribune, Luc Larochelle

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Luc Larochelle
La Tribune

(Sherbrooke) CHRONIQUE/ Même si le mont Hereford est à 861 mètres au-dessus du niveau de la mer, on ne le voyait plus. Il était submergé dans le fleuve de reportages sur les crues du printemps.

CHRONIQUE/ Même si le mont Hereford est à... (Source : Hydro-Québec, adaptée par La Tribune) - image 1.0

Agrandir

Source : Hydro-Québec, adaptée par La Tribune

Le voilà qui réapparaît, Hydro-Québec ayant jugé le moment venu de dévoiler son étude d'un deuxième corridor souterrain pour aller livrer de l'énergie au New Hampshire avec le projet Northern Pass. Pour se justifier plus que pour plaire.

Au lieu de compliquer les déplacements des villageois et les livraisons commerciales par transport lourd avec une ligne souterraine de 18 km le long du rang 9 et de la route 253, Hydro-Québec pourrait limiter ces impacts routiers sur 7 km avec une ligne souterraine dans l'emprise de chemins forestiers déjà tracés sur les terres de Forêt Hereford.

Une économie de 5 M$ serait réalisable, calcule-t-on à Hydro-Québec. Mais même ramenée à 87,4 M$, cette option souterraine est jugée beaucoup trop coûteuse par rapport aux 26,4 M$ que coûteraient des infrastructures conventionnelles.

À part admettre « qu'une ligne aérienne serait sans conteste plus visible qu'une ligne souterraine », Hydro-Québec ne voit que des désavantages à passer sous terre. Selon ses planificateurs, il y aurait plus d'impacts sur le bassin hydrographique; fracturer le roc créerait de sévères perturbations; les réparations d'un bris qui se font en moins de sept jours sur une ligne aérienne pourraient prendre de deux à quatre semaines en souterrain.

En plus de lui coûter trois fois plus cher, ce dernier segment de 15 km avant la frontière aurait aussi une durée de vie deux fois plus courte, insiste à nouveau Hydro-Québec.

Vos partenaires américains prêts à enfouir la ligne sur le tiers du tracé au New Hampshire, sur 100 km, sont complètement stupides ou quoi?

« Ce sont deux projets distincts et nous avons des façons différentes de faire », réplique une fois de plus une porte-parole d'Hydro-Québec, Lynn St-Laurent.

La fiabilité des installations, les réparations à pas de tortue, le remplacement des équipements après seulement 20 ans, vous allez livrer quoi et comment les jours où votre partenaire ne sera pas en mesure de recevoir de courant?

« Nous avons d'autres corridors pour exporter », ajoute Mme St-Laurent.

Le double langage ne rend pas la bonne volonté très crédible.

*****

Pour redonner du souffle à une campagne ayant été passablement diluée ces derniers temps, la coalition SOS Mont Hereford a quant à elle organisé une table ronde, mercredi à Montréal.

« Hydro-Québec est capable du meilleur et du pire. Loin d'être le meilleur tracé, celui qui est proposé pour le projet Northern Pass est le pire », a porté comme jugement Marie-Claude Robert, une architecte paysagiste ayant déjà été directrice de l'association réunissait les professionnels québécois du domaine.

Bien qu'elle ait été vivement contestée, la ligne Hertel-des Cantons qui traverse la MRC du Val-Saint-François est selon Mme Robert beaucoup plus réussie.

« Suite à la tempête de verglas, dans la précipitation, le gouvernement Bouchard a tenté de soustraire ce projet au processus d'approbation habituel. À partir du moment où la contestation citoyenne a forcé la tenue d'une évaluation par le Bureau des audiences publiques en environnement (BAPE), de nettes améliorations ont été apportées quant au respect des paysages », a-t-elle précisé en entrevue.

De l'avis de Marie-Claude Robert, le tracé qu'Hydro-Québec propose à la hauteur du mont Hereford n'aurait même pas dû faire l'objet d'études.

« Que vous passiez dessus ou en flanc, une montagne est un tout. Ce scénario aurait dû être écarté dès le départ pour un massif de l'envergure du mont Hereford. C'est vraiment de la vision de bas étage. »

Quelle direction auriez-vous prise alors pour aller vers le New Hampshire?

« Spontanément, je ne saurais vous dire. Mais sûrement pas celle-là », de répondre l'experte qui n'a pas nécessairement une connaissance fine du dossier.

Ça résume assez bien la situation. En élaborant un tracé qui franchit la distance maximale du poste des Cantons jusqu'à Saint-Herménégilde dans un corridor parallèle à la ligne des Cantons-Nouvelle-Angleterre, Hydro-Québec a évité d'ouvrir un nouveau front de mécontentement. Mais ça limitait aussi les options pour aller rejoindre le point de raccordement, près du poste frontalier d'East Hereford.

Le point de friction est le même qu'il y a 30 ans, sauf que l'option d'obtenir un accommodement du Vermont ne semble plus possible.

Hydro-Québec a tout fait pour régler avec les instances locales pour prendre de court les groupes nationaux, qui ont mis plus de temps à réagir qu'au New Hampshire, où le soulèvement a été immédiat.

Le promoteur défend que les représentants des communautés directement concernées sont les mieux placés pour tracer les limites de l'acceptable. Mais, il a frappé un noeud à la MRC de Coaticook, qui est favorable à l'enfouissement.

Les coalisés reprennent le combat en dénonçant les risques de saccage de la plus importante donation privée à avoir été effectuée au Québec. Les belligérants restent campés sur leurs positions.

La décision du gouvernement Couillard semblait imminente, disait-on. Elle tardera peut-être un peu à cause des crues alors que le désarroi et le découragement des sinistrés deviendront colère. Celle-ci ne sera pas que passagère.

Il n'est pas particulièrement recommandé de toucher une ligne à haute tension avec les deux pieds dans l'eau...




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer