La bête et l'animal intelligent

Contrairement aux humains, les animaux sauvages comme les... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Contrairement aux humains, les animaux sauvages comme les chevreuils s'activent avant les tempêtes et prennent très peu de risques pendant que l'efficacité de leurs sens est perturbée.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Luc Larochelle
La Tribune

(Sherbrooke) CHRONIQUE / Devant le scepticisme nourri par des alertes qui s'étaient dégonflées, j'ai validé auprès d'une deuxième source l'ampleur de la tempête qui s'amenait. Si les chevreuils sont dans les champs en début d'après-midi, attachez vos tuques, les sorties de route vont se multiplier et les Estriens vont pelleter pour la peine, avais-je prévenu mes patrons avant de partir en reportage dans le secteur de Sawyerville.

Les cerfs y étaient et comme d'habitude, ils ont eu du pif.

En mars, lorsque les humains avancent l'heure, l'horloge biologique des cerfs recule car ils s'ajustent au déclin du jour pour brouter..

Sauf à la veille des tempêtes. Ces jours-là, ils ne perdent pas une seconde, c'est bouffe, bouffe, bouffe.

- Maman, j'ai pas vraiment faim...

- Fais comme les autres, mange, tit homme. Tu verras que ça nourrit la patience de s'être rempli l'estomac avant les jours de jeûnes, s'empresse de répondre la femelle éduquant son ou ses faons.

Même dans les champs dénudés où ils auraient pourtant pu commencer à s'éparpiller, les cerfs restaient groupés. Tant que l'hiver représente une menace, la survie dépend de la gang.

C'est phénoménal de voir des chevreuils reprendre leur autoroute boisée à toute vitesse à la queue leu leu et sans provoquer de carambolage dès qu'une menace est détectée. Les spectateurs que nous sommes ne retiennent que la superficialité du spectacle, l'agilité et l'habileté, mais l'essentiel est de ne jamais confondre la prudence légitime et la peur incontrôlée.

Les jours de tempête, les chevreuils se couchent et regardent les flocons tomber. Y'a pas de chances à prendre lorsque l'efficacité des sens est altérée par les conditions ambiantes. S'il neige abondamment durant deux jours, ils les passent à attendre.

- Tu vois, tit homme, quand je te parlais de prévoyance...

Vie ingrate, quand même, tu refais tes forces dans une ambiance de pique-nique et ton garde-manger est enseveli sous 40, 50 ou 60 cm de neige le lendemain ou le surlendemain. Tout aussi troublant, y'a plus un tracé de rue autour de toi pour te rendre à l'épicerie. La seule voie pour en sortir est celle du courage. Lentement, solidairement, méthodiquement, le sabot de l'un dans la trace de l'autre, les cerfs reconfigurent leur réseau de sentiers. Celui qui renie ses gênes grégaires en refusant de marcher dans le rang finit la plupart du temps dans un cul-de-sac, comme statistique de mortalité naturelle.

Journaliste peu crédible, tu ne vas quand même pas essayer de nous faire croire qu'un chevreuil a eu suffisamment confiance en toi pour te livrer des confidences?

Non, pas encore. On peut apprendre tout cela juste à observer.

Je vous assure par contre que si j'obtiens une entrevue un jour, je rendrai cette exclusivité virale sur Facebook. Même le docteur Mailloux ne pourra l'ignorer et je vous prédis d'ailleurs qu'il saura habilement l'utiliser; depuis le temps je vous dis que les humains sont bêtes comme leurs pieds, ça vous prenait vraiment un chevreuil pour vous en convaincre, narguera-t-il.

Le psychiatre polémiste a sorti son miroir de vérités gênantes dès le début de l'émission qui portait sur la thématique « lendemain de tempête ». Je le cite de mémoire, mais il exposé à peu près ceci :

Un camion-citerne transportant de l'acide chlorhydrique a été impliqué dans un carambolage sur l'autoroute 401, en Ontario. Il y a eu fuite de ce poison très volatil, extrêmement dangereux et des pompiers ayant inhalé des vapeurs ont d'ailleurs dû être conduits à l'hôpital. Faut vraiment être cavés pour permettre de tels produits sur les routes dans d'aussi mauvaises conditions.

En arrivant au bureau, je me suis empressé d'aller consulter le Règlement sur le transport des matières dangereuses inscrit dans Code de la sécurité routière. Au Québec, il n'y a aucune restriction liée aux conditions météorologiques ou routières. Le législateur veillant sur nous s'en remet au bon jugement des exploitants, même si de ces bombes ambulantes ont déjà semé la frousse dans de grandes villes, dont Montréal, lors d'accidents.

J'ai failli appeler le Doc pour renchérir : des insouciants, j'en ai relevé au moins 50, mardi, qui roulaient feux arrières éteints alors que la visibilité était quasi nulle. Quand la poudreuse colle à nos pare-chocs les transforme en banc de neige au bout du premier kilomètre, la précaution minimale est d'essayer de se rendre un peu plus visible de derrière, non?

D'instinct, l'animal sauvage sait qu'il augmente ses chances d'échapper à ses prédateurs en se fondant dans le décor. L'humain, lui, ne réalise même pas qu'il met sa vie en péril dans son véhicule de camouflage qui n'a pourtant rien d'un blindé.

L'imprudence est synonyme de danger. Vous n'êtes pas obligés de me croire. Mais comme pour la météo, ce calcul de probabilités est statistiquement démontrable.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer