En attendant les premiers voyageurs

Des caméras de surveillance ont été installées en... (Spectre Média, René Marquis)

Agrandir

Des caméras de surveillance ont été installées en début de semaine à l'aéroport de Sherbrooke. Ces instruments n'étaient pas requis pour recevoir CanForce 1, le Challenger assurant les déplacements de Justin Trudeau. Ils s'inscrivent dans un plan de modernisation dans lequel 1,6 M$ ont été injectés dans la dernière année.

Spectre Média, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Luc Larochelle
La Tribune

(Sherbrooke) CHRONIQUE / Hey, hey, n'exagérez rien. Je n'ai pas écrit mardi que l'avion du premier ministre Trudeau avait failli causer une catastrophe en allant s'écraser dans la salle d'urgence du CHUS-Fleurimont bondée de patients parce que la préposée à la navigation n'a pas répondu à un message du pilote pendant qu'elle servait du carburant.

La situation que j'ai décrite à l'approche de l'appareil CanForce 1 est la réalité de tous les jours à l'aéroport de Sherbrooke. Il n'y a pas de contrôleur aérien, les avions atterrissent et décollent en suivant les procédures des vols autonomes.

Or, c'est justement parce qu'il n'y a pas eu de pont d'or pour l'équipage du premier ministre que cet accueil par une pompiste avec des jumelles dans le cou était une caricature savoureuse, non? Les vols commerciaux attendus en région commenceraient demain matin qu'ils se feraient d'ailleurs de la même façon, en mode autonome.

Au début, du moins. Car l'un des bénéfices indirects ciblés avec ce projet est justement d'en venir à confier le ravitaillement à du personnel au sol qui prendrait aussi charge des bagages pour éviter les silences radio dans un poste de télécommunication désert.

Parlant de la salle UNICOM (c'est l'appellation précise du lieu), elle est parmi les améliorations les plus évidentes découlant des investissements de 1,6 M$ de la dernière année à l'aéroport. La vue y était auparavant pour le moins limitée au rez-de-chaussée, à côté du restaurant. Cet emplacement stratégique se trouve maintenant au deuxième étage et il est doté d'une fenestration nettement plus efficace.

La salle de réunion attenante est polyvalente. Sa quincaillerie pourrait en faire rapidement une salle de gestion de crise en cas d'urgence. Une précaution requise dans les aéroports modernes.

Pendant que les policiers fédéraux passaient en revue leur plan de sécurité terrestre avant l'arrivée du premier ministre, mardi, des techniciens juchés dans une nacelle installaient des caméras de surveillance. Rien à voir avec la visite du premier ministre, mais ces équipements permanents pourraient toutefois s'avérer utiles dans le futur pour répondre à ces besoins particuliers. Outre l'anticipation du service commercial, ces caméras serviront au quotidien de sentinelles en dehors des heures d'activités afin de prévenir les vols ou le vandalisme à cet endroit isolé.

L'aire destinée au contrôle des passagers et des bagages a été reconfigurée en prévoyant l'espace pour l'installation des équipements spécialisés autant que pour permettre au personnel de sécurité de mener des investigations dans des salles isolées. De plus, la capacité du stationnement a été portée de 83 à 137 cases.

« Il fallait commencer quelque part pour être prêts à mettre en oeuvre rapidement le lien aérien lorsque nous aurons une entente avec un transporteur. L'autre volet, c'est que l'aéroport n'avait pas été rénové depuis sa construction, il y a une cinquantaine d'années. Des investissements étaient requis pour l'amener à niveau, notamment en ce qui a trait à l'éclairage de la piste », ajoute le président du comité de l'aéroport, Julien Lachance.

Les gestionnaires viennent par ailleurs d'apprendre une bonne nouvelle. De récentes études, menées avec le Centre de qualification pour les sapeurs-pompiers de Cookshire-Eaton qui se trouve à proximité, auraient permis de trouver une veine d'eau souterraine à fort potentiel qui offrirait une option moins coûteuse que le prolongement du réseau d'aqueduc d'East-Angus jusqu'à la zone aéroportuaire.

« Nous avions un problème de contamination avec les puits. Or, l'eau de cette veine en serait exempte. Les besoins ne sont pas immédiats, nous essayons de les prévoir en fonction du développement souhaité d'une zone industrielle autour de l'aéroport. On verra au fur et à mesure, mais tant mieux s'il s'avère que nous avons la possibilité d'un approvisionnement à proximité ».

L'arrivée d'un transporteur commercial et des premiers visiteurs repose toujours sur des conventions qui impliqueraient le portefeuille des Sherbrookois. En plus du recouvrement qui serait facturé aux passagers afin de rembourser au fédéral la totalité des coûts de sécurité, la formule préconisée par les compagnies aériennes engagerait aussi la Ville.

« Les offres de service sont formulées avec des prévisions d'achalandage et en nous disant que si cet objectif n'est pas atteint, nous allons devoir payer. La patience et la prudence doivent nous guider pour bien mesurer les risques. En même temps, nous sommes persuadés que c'est un risque qu'une ville comme Sherbrooke pourra assumer lorsque nous aurons réussi à tout attacher », croit M. Lachance.

D'ici là, la polyvalence restera donc de mise à la console UNICOM.

- « Ici le commandant de CanForce 1, nous aurions besoin de carburant avant de repartir vers Ottawa ».

- « 10-4. J'enfile en vitesse mon manteau, ma tuque, mes gants et j'arrive. Je vous apporte en même temps une copie du dernier bulletin de météo... »

Aéroport de campagne, mais service cinq étoiles qui pourrait donner satisfaction à l'équipage d'un Airbus A380!

Partager

À lire aussi

  • Lac-Mégantic espère une voie de contournement en 2019

    Actualités

    Lac-Mégantic espère une voie de contournement en 2019

    Non seulement le premier ministre Justin Trudeau est sensible à la détresse des Méganticois, mais il entend tout mettre en oeuvre pour accélérer le... »

  • Occuper l'espace médiatique

    Actualités

    Occuper l'espace médiatique

    Outre le fait d'entretenir le «dialogue avec les citoyens», la tournée de Justin Trudeau poursuit au moins deux autres objectifs: celui d'occuper au... »

  • Luc Larochelle | <em>Justin Time</em>

    Perspectives

    Justin Time

    CHRONIQUE / «Ici le commandant de CanForce 1, nous sommes à une trentaine de milles à l'est de Sherbrooke. Approche prévue pour la piste... »

  • Trudeau échange avec 600 citoyens

    Actualités

    Trudeau échange avec 600 citoyens

    Pas moins de 600 personnes ont répondu à l'invitation de venir discuter avec le premier ministre du Canada Justin Trudeau, mardi soir à Sherbrooke,... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer