Tartare de liberté

Alors que les baigneuses portant le burkini se... (La Presse Canadienne)

Agrandir

Alors que les baigneuses portant le burkini se voient interdire l'accès à certaines plages de France, leur présence ne dérangeait personne la semaine dernière au parc aquatique du Zoo de Granby.

La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Luc Larochelle
La Tribune

CHRONIQUE / Entre l'effrontée qui déroule sa serviette de plage sur la vôtre, l'autre qui impose sa musique 100 mètres à la ronde et une femme portant un burkini, laquelle est la plus susceptible de vous faire rager lors de vacances à la mer?

Personnellement, lorsque la politesse n'est que très légèrement vêtue, elle m'agace en ta...

Des burkinis, j'en ai vus pas plus tard que la semaine dernière au Zoo de Granby. De ces maillots recouvrant le corps d'une femme de la tête aux pieds pour respecter le code vestimentaire suivi par certains fidèles de l'islam, il y en avait pas mal à part ça.

Avec le facteur d'humidex au max, la chaleur était accablante. À la vue de femmes ainsi vêtues qui accompagnaient leurs enfants dans l'une des piscines à vagues de l'Amazoo, j'avoue n'avoir pu m'empêcher de lancer à Jessica, la photographe qui m'accompagnait : ça se peut-tu, habillées comme ça, en noir en plus, sous ce soleil de plomb!

Ma consoeur étant en vacances cette semaine je n'ai pu valider auprès d'elle si ma perception était bonne, mais j'ai cru décoder dans son soupir que, même sous cette chaleur torride, elle préférait être chargée comme un chameau de son attirail d'appareils et de lentilles que de porter le poids de cette différence.

J'ai observé la réaction des gens autour des baigneuses qui n'étaient pas comme les autres. Elles étaient suivies du regard, mais sans que cela devienne une fixation. Je n'ai vu personne se mettre les mains sur les hanches en fronçant les sourcils.

Comme c'était noir de monde ce jour-là à l'Amazoo, peut-on s'appuyer sur cette relative indifférence pour croire les Québécois plus ouverts que les Français face au port du burkini? Je ne parierais pas là-dessus.

On n'a qu'à tendre l'oreille autour de soi pour sentir des réticences, pour entendre les multiples interrogations que suscite l'obscurantisme derrière la volonté de cacher la femme voilée au regard des hommes, discrimination d'une autre époque.

Le positionnement rapide de la Coalition Avenir Québec proposant l'interdiction du burkini sur le territoire québécois rejoint, c'est sûr, une frange de l'électorat convaincue que l'ouverture a atteint ses limites. C'est peut-être même l'avis de la majorité des Québécois.

Parlant de majorité, quelle proportion des Québécois était d'avis qu'un droit fondamental avait été brimé lorsque l'interdiction de manifester avec un masque a été décrétée?

Pour un, j'étais resté avec l'impression que cette mesure avait été plutôt bien accueillie pour calmer les tensions sociales après des débordements : tu veux manifester, d'accord, mais fais-le en assumant que les représentants de l'ordre sauront qui tu es.

Ben non, la minorité qui pensait le contraire est allée devant les tribunaux et a gagné! La juge Chantal Masse de la Cour supérieure du Québec a déterminé que l'interdiction de manifester avec un masque représentait un risque d'abus et portait atteinte à la liberté d'expression.

L'interprétation des droits civiques, des droits religieux, de tous les droits en fait, nous plonge régulièrement dans une mer de contradictions nous poussant vers le large jusqu'à ce qu'on se dise : non, y'a une limite à revendiquer des droits.

Les dénonciations du client d'un restaurant de Sherbrooke, s'étant présenté en victime d'une grave erreur de la part du garçon de table n'ayant pas su prévenir l'intoxication alimentaire qui a failli lui coûter la vie, ont montré la vitesse avec laquelle les blâmes se distribuent lorsque les débats s'enflamment. Le tartare de boeuf qui avait été commandé et qui est arrivé en tartare de saumon a viré en tartare de liberté.

Le burkini est-il une autre façon d'étirer l'élastique des libertés individuelles?

Cette autre polémique risque de traîner dans le décor politique bien au-delà des vacances. Soyez prévenant, gardez un sceau d'eau près de vous. Ça pourrait utile si ce débat prend une fois de plus des proportions incendiaires.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer