Pas équipés pour veiller tard

La Société de transport de Sherbrooke ne peut... (Spectre média, Julien Chamberland)

Agrandir

La Société de transport de Sherbrooke ne peut offrir le service de vélo-bus après la tombée du jour parce que les phares de la majorité de ses autobus sont partiellement masqués avec une bicyclette dans le support. Cette restriction disparaîtra avec le renouvellement de la flotte puisque la lacune a été corrigée sur les véhicules fabriqués depuis 2010 (autobus de droite).

Spectre média, Julien Chamberland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Luc Larochelle
La Tribune

(SHERBROOKE) CHORNIQUE / Le transport en commun est un mode de déplacement fiable au quotidien. En certaines circonstances, il peut également être un bon dépanneur.

C'est en s'appuyant sur cette prémisse qu'une Sherbrookoise a récemment opté pour un retour à la maison en autobus plutôt qu'à vélo. Il était autour de 22 h et la femme ne se sentait pas à l'aise de rouler à la noirceur entre l'arrondissement du Mont-Bellevue et le secteur de Saint-Élie. Ça se comprend, certains tronçons des voies cyclables longeant la rivière Magog sont peu ou pas éclairés. Même les cyclistes les plus expérimentés peinent à s'y retrouver.

Désolé, madame, il est interdit à cette heure-ci d'utiliser les supports à vélos, l'a cependant désarçonnée le chauffeur de l'autobus à bord duquel elle a voulu monter. Un travailleur de nuit voudrait faire le trajet de l'aller en autobus, tout en planifiant revenir sur son vélo de clarté le lendemain matin, qu'il se ferait répondre la même chose.

Le service de vélo-bus est offert jusqu'à 21 h entre le 30 avril et le 31 août alors que pour les mois de septembre et octobre, le service est suspendu dès 19 h 30.

Pourquoi ?

« Ayant été, en 2005, les premiers à offrir ce service, nous ne demanderions pas mieux que de pouvoir le rendre disponible en tout temps. Mais un arrêté ministériel nous empêche de le faire, nous n'avons pas le choix de suspendre le service à la tombée du jour », répond la directrice générale de la STS, Huguette Dallaire.

Toutes les sociétés de transport de la province doivent se plier aux restrictions imposées pour des considérations techniques. Lorsqu'un vélo est accroché devant les autobus datant de plus de six ans, il en masque les phares. L'efficacité du système d'éclairage est ainsi diminuée, ce qui pose un problème de sécurité pour la vision du chauffeur ou la visibilité des véhicules.

« Le fabricant Novabus a revu le positionnement des phares sur ses autobus produits depuis 2010. Nous devrons toutefois nous conformer aux règles édictées tant que notre flotte ne sera pas entièrement de cette nouvelle génération. Il nous est impossible de gérer l'usage de nos autobus en fonction de besoins spécifiques des cyclistes », rapporte Mme Dallaire.

Actuellement, 47 des 82 véhicules de la STS sont de l'ancien modèle, celui dont les phares sont obstrués par les vélos. Chaque autobus coûte autour de 850 000 $ et a une vie utile de seize ans. Au rythme des acquisitions à la STS, ça pourrait prendre dix ans avant de voir disparaître du paysage sherbrookois les véhicules mal adaptés au vélo-bus.

Il y a cependant espoir d'écourter ces délais avec l'installation de phares d'appoint pour compenser la réduction de l'intensité lumineuse causée par les vélos. La Société de transport de Québec a été autorisée à mener une expérience-pilote à cet effet.

La Société de transport de Sherbrooke a consenti dans le passé à ce que les cyclistes montent à bord des autobus avec leur monture en dehors de période de fort achalandage. Cette fois, ce sont les nouveaux autobus qui représenteraient un frein à cette tolérance étant donné que l'espace est plus restreint. L'intérieur a été revu pour accommoder les personnes à mobilité réduite ou en fauteuil roulant.

« Nous nous réajusterons dès que nous le pourrons. Nous sommes promoteurs du transport alternatif et de la mobilité durable, c'est une volonté bien arrêtée d'offrir le meilleur service possible aux usagers du vélo-bus », assure Huguette Dallaire.

Comme le problème se pose depuis dix ans, peut-être devrions-nous songer à éclairer les voies cyclables avec des décorations de Noël...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer