Le cul-de-sac de la 410

Il n'a pourtant pas fallu une éternité et... (La Tribune, Luc Larochelle)

Agrandir

Il n'a pourtant pas fallu une éternité et se vider les poches pour construire la passerelle accrochée au pont de l'autoroute de la 410 permettant de traverser la rivière Magog. Pourquoi est-ce si compliqué sur de Portland?

La Tribune, Luc Larochelle

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Luc Larochelle
La Tribune

(Sherbrooke) CHRONIQUE / L'accord de principe pour un financement important de Québec a été accordé au début de 2014. On croyait alors que la Ville ne tarderait pas à augmenter la sécurité des cyclistes dans le pourtour du Carrefour de l'Estrie, l'un des secteurs les plus achalandés à Sherbrooke.

Ironiquement, les voies cyclables de la nouvelle portion du boulevard de Portland sont devenues opérationnelles avant celles qui sont en voie d'être complétées devant le centre commercial, jusqu'au boulevard Lionel-Groulx.

Plus invraisemblable encore, ces voies cyclables toutes fraîches finiront pour l'instant en cul-de-sac de chaque côté de l'autoroute 410 puisque la passerelle de 1,7 M$, qui était au calendrier des chantiers municipaux cette année, ne sera pas construite au cours de la présente séquence.

Même que, « le projet tel que pensé est remis en question », a admis la directrice du service des infrastructures urbaines, Caroline Gravel, en invoquant une mauvaise évaluation des coûts que la Ville impute au ministère des Transports du Québec (MTQ).

Je n'ai pas souvenir que la roue ait tourné aussi carré au moment d'ériger la passerelle permettant de circuler à pied ou à vélo des deux côtés de la rivière Magog, sur la voie métallique accrochée au pont autoroutier traversant le cours d'eau et qui est assez large pour rencontrer une personne circulant en sens inverse. Ce point de raccordement est en service depuis plusieurs années.

Il est certes moins contraignant, pour éviter d'entraver la circulation, de travailler en dessous d'une autoroute qu'au-dessus. Ce coefficient de difficulté plus élevé était toutefois connu de tous depuis longtemps.

La Ville prétendait d'ailleurs en être venue à une conclusion éclairée, l'automne dernier, lorsque la passerelle indépendante a été présentée comme l'option la plus appropriée parmi les quatre scénarios étudiés.

« Avoir à descendre du vélo pour traverser le pont (existant) n'aurait pas été une option intéressante », avait alors commenté le conseiller Bruno Vachon, qui préside le Centre de mobilité durable de Sherbrooke.

Le conseiller Vachon doit souhaiter ne pas avoir à se dédire, car c'est ce qui risque de se produire si la structure distincte est abandonnée et que cyclistes ainsi que piétons se retrouvent condamnés à se partager le même trottoir.

Allez voir ce qui se passe sur le pont enjambant la rivière Saint-François en face de l'Université Bishop's et imaginez les mêmes croisements à l'étroit aux heures de pointe à travers la circulation dense du Carrefour ou du parc industriel. Ça ne serait vraiment pas l'idée du siècle.

Il s'agirait d'un compromis d'une autre époque, d'un semblant de solution. D'autant que la Ville peut bénéficier de près de 1 M$ de fonds provinciaux représentant la moitié de ce que devait coûter l'ensemble de ses aménagements cyclables sur Portland.

Chose certaine, si le conseil municipal change d'avis dans ce dossier pour un écart de 100 000 $ ou moins, le maire et ses supporters sont mieux de s'atteler pour justifier les dépassements de coûts de plusieurs centaines de milliers de dollars pour la salle de diffusion jeunesse au centre-ville.

Parlant du centre-ville, l'incapacité de la Ville et du MTQ à livrer une simple passerelle pour cyclistes pourrait également rendre les Sherbrookois réticents à se lancer dans le chantier majeur que le maire Bernard Sévigny veut orchestrer au cours de l'année électorale de 2017, un projet prévoyant la démolition du pont désuet et la reconfiguration complète de tout le secteur des Grandes-Fourches.

Les grandes ambitions démarrent bien mal sur une crevaison.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer