Une élection avec quatre bulletins de vote?

Aurons-nous dès l'an prochain à élire en même... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Aurons-nous dès l'an prochain à élire en même temps un maire et un président de commission scolaire, à choisir un conseiller municipal sur un bulletin de vote et un commissaire sur un autre?

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Luc Larochelle</p>
Luc Larochelle
La Tribune

(SHERBROOKE) CHRONIQUE / La nouvelle carte électorale adaptée à la réforme de la gouvernance ayant rallié une majorité d'élus de Sherbrooke franchit une seconde étape sans remise en question.

Un seul citoyen a formulé une contestation par écrit durant la période prévue à cet effet, qui s'est terminée mardi à 16 h 30. Il aurait fallu qu'au moins 500 électeurs se manifestent pour forcer le conseil municipal à tenir une assemblée publique afin d'évaluer toutes les demandes de révision.

Le parti municipal Sherbrooke Citoyen n'a pas orchestré le mouvement de protestation qu'il annonçait, le mois dernier, au moment où a été déposée la carte délimitant les 15 districts électoraux dans lesquels sont fondus les 19 postes actuels de conseillers municipaux. Rappelons que cette représentation politique réduite sera répartie dans quatre arrondissements au lieu de six.

« Lors de la séance d'information du 29 mars, nous avons bien vu que les critères étaient pointus et que seules des modifications mineures touchant à des bouts de rues auraient été recevables. Nous aurions perdu notre temps à essayer de changer des choses. Nous consacrons nos énergies à élaborer nos propositions de représentation démocratique en prévision du rendez-vous électoral », précise la porte-parole de Sherbrooke Citoyen, Évelyne Beaudin.

Le conseil municipal adoptera donc le projet de redécoupage tel que proposé, lors de sa séance publique de lundi. Il restera tout de même une dernière fenêtre de contestation auprès de la Commission de la représentation électorale qui aura, ultimement, à approuver la carte suivant laquelle seront organisées les élections municipales de 2017 à Sherbrooke.

Aurons-nous dès l'an prochain à élire en même temps un maire et un président de commission scolaire, à choisir un conseiller municipal sur un bulletin de vote et un commissaire sur un autre?

Réussir à enchâsser dans une loi en seulement quelques mois une réforme contraire à ce que le gouvernement Couillard a véhiculé durant toute la dernière année, pour tenir des élections simultanées dès 2017, constituerait un revirement de situation inopiné et empressé.

Qu'est-ce qui justifierait soudainement que les libéraux se précipitent et bousculent celles et ceux qui sont réfractaires à l'idée, dont l'Union des municipalités du Québec, alors qu'ils n'ont cessé de répéter depuis l'automne dernier que le faible taux de participation aux élections scolaires suggérait l'abolition pure et simple de cette structure locale?

Le mandat du ministre maintenant titulaire de l'Éducation, Sébastien Proulx, doit être de rallier, pas de diviser. Tant qu'à réformer, prenons le temps!

Dans quatre ans, ça aura déjà plus de sens.

« Pour un, j'entends proposer qu'on devance les élections municipales à la date fixée pour les élections scolaires, soit le premier dimanche d'octobre. Pour avoir été maire, je sais à quel point il est difficile de préparer un budget municipal après des élections en novembre. Ça laisse très peu de temps aux nouveaux venus pour comprendre la mécanique budgétaire. Cherchons ensemble toutes les améliorations possibles », fait valoir le président de la Commission scolaire des Sommets, Jean-Philippe Bachand, qui participera la semaine prochaine à une réunion avec ses homologues des autres commissions scolaires de la province.

À cet avantage s'oppose l'inconvénient d'avoir à commencer la préparation et la révision des listes électorales avant le retour des vacanciers, ce qui complique la tâche du personnel. Si, en plus, on double les responsabilités pour organiser un vote simultané...

Fixer cet objectif dans l'horizon des élections de 2021 laisserait également du temps pour mieux adapter le pouvoir et la représentation scolaires aux territoires des municipalités et des MRC. Sans viser l'harmonisation parfaite, il y a sûrement moyen d'améliorer les choses.

« Si le législateur s'engage dans cette voie et qu'il décide que les électeurs voteront aux paliers municipal et scolaire en même temps, d'un point de vue logistique, ça se fait. La géomatique nous permet maintenant de superposer des territoires et de travailler avec des données informatisées. On pourrait remettre les bulletins dans les différentes sections de vote en fonction du district électoral et du district scolaire. Faut par contre prévoir du temps pour s'adapter », évalue la directrice du contentieux de la Ville de Sherbrooke, Me Isabelle Sauvé.

Sherbrooke devait avoir complété le processus de sa réforme de la gouvernance avant juin pour obtenir une approbation provinciale ainsi qu'une application pour novembre 2017. En juin, on débattra encore à Québec du bien-fondé de voter quatre fois la même journée et dans le même bureau.

Accordons-nous quatre années de plus, en visant à faire deux fois mieux.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer