Un frisbee égaré dans la forêt municipale

Le parc Atto-Beaver, du secteur Lennoxville, avait été... (Spectre Média, René Marquis)

Agrandir

Le parc Atto-Beaver, du secteur Lennoxville, avait été identifié en 2009 comme site propice au développement d'un parcours de disc golf. Destination Sherbrooke n'a pas considéré l'endroit avant de proposer un semblable projet au parc Victoria.

Spectre Média, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) CHRONIQUE / Je suis allé marcher dans le parc Victoria, plus particulièrement dans la zone que Destination Sherbrooke juge propice à l'implantation d'un parcours de disc golf.

C'est une magnifique forêt urbaine. Pas sûr qu'elle a été évaluée à son plein potentiel. Par contre, lancer des frisbees en direction de paniers métalliques accrochés aux arbres en calculant les coups à chaque trou (comme au golf) ne serait probablement pas une condamnation à mort.

N'empêche, le parc Victoria est-il le seul et le meilleur lieu pour le disc golf?

Le président de Destination Sherbrooke, Rémi Demers, est tombé des nues quand je lui ai lu de la correspondance à propos d'un projet de même nature ayant cheminé dans l'appareil municipal il y a sept ans. Il concernait le parc Atto-Beaver, dans l'arrondissement de Lennoxville.

« Je suis emballé de la rencontre que nous avons eue des représentants de CHARMES et de la division des parcs. J'ai vraiment le sentiment que le projet est entre bonnes mains », s'est emballé Peter Lizotte dans un courriel envoyé à la Ville le 7 mai 2009.

La proposition de M. Lizotte n'était pas qu'une vague idée puisqu'elle a été soutenue par la Ville. Dans l'appareil municipal, du moins.

« Nous sommes en faveur pour développer le disc golf et le rendre accessible au parc Atto-Beaver. Nous serions en mesure d'installer l'équipement d'ici 2010 », lui avait répondu dans l'heure une représentante du service des loisirs de Lennoxville, avec copie conforme à deux directeurs d'arrondissement. Ce n'était donc pas que du placotage de corridor.

Peter Lizotte est un pionnier du disc golf en Estrie ainsi qu'au Québec. Il a organisé des tournois à Sherbrooke dans le passé.

« Nos premiers joueurs, nous les avons reçus sur le bord de la rivière Saint-François, où se trouvait autrefois la maison Grégoire. C'est un endroit exceptionnel. Les visiteurs me disaient : c'est le plus beau site au Québec », décrit-il.

Sans voie d'accès décente, sans stationnement, sans services sanitaires, il n'était pas envisageable de faire de ce site en retrait - derrière l'Hôtel Motel La Marquise - un lieu récréatif permanent.

De l'autre côté de la rivière, dans le parc Atto-Beaver, il y a de l'espace, des services, là par exemple!

« Vous m'en voyez surpris. Je n'ai jamais entendu parler de cela », avoue candidement le président de Destination Sherbrooke.

Juste vous préciser : Peter Lizotte est celui vers qui le personnel de Destination Sherbrooke renvoyait les questions techniques, la semaine dernière, lors de la séance de consultation tenue sur le projet du parc Victoria.

« Ma participation à la rencontre visait à promouvoir le sport et à encourager la communauté à se doter d'infrastructures attrayantes. À Destination Sherbrooke, personne ne m'a jamais demandé mon avis sur d'autres sites potentiels. Si cela avait été fait, je leur aurais envoyé les mêmes courriels qu'à vous », répond-il à ce sujet.

« Nous savions que nous avons deux prises en allant soumettre ce projet au parc Victoria. C'eut été de toute façon malhabile de notre part de dire en même temps qu'il pouvait se faire ailleurs », se défend le président de Destination Sherbrooke.

Dites-moi que c'est mieux de risquer d'envoyer un frisbee hors limites après en avoir déjà lancé un à l'eau. Si je compte bien, ça fait déjà trois coups de pénalité!

Le projet de disc golf au parc Atto-Beaver s'est perdu dans les préparatifs des Jeux du Canada. Rappelons que c'est à cet endroit qu'ont eu lieu les spectaculaires compétitions de volleyball de plage. Avec ses dix « carrés de sable » permanents, c'est le site tout désigné pour la pratique de sports prisés par les jeunes. Or, le disc golf est l'un de ceux-là.

La Ville est propriétaire de 24 000 mètres carrés à cet endroit. Elle possède les lots jusqu'au camping l'Île-Marie et jusqu'à l'étang où l'on ne pêchait pas auparavant, mais qui est maintenant ensemencé.

Comme il s'agit d'une ancienne carrière, d'autres « trous d'eau » s'y sont formés. Ils sont impropres à la baignade, mais seraient invitants pour pique-niquer.

Une partie du terrain est boisée, le reste est en friche. Ça prendrait assurément un bon ménage dans les repousses avant de sortir les frisbees. Ça paraissait pourtant possible il y a sept ans.

Je ne prétends pas que le parc Atto-Beaver est le meilleur site, le seul pour un parcours de disc golf. Mais avant de monter la côte Terrill pour aller jouer dans une forêt mature, j'examinerais à fond le potentiel de réhabilitation d'un site longeant la rivière Saint-François, débouchant d'un bout au centre-ville de Sherbrooke et de l'autre dans celui de Lennoxville.

Me semble que c'était ça, le concept d'ensemble de Cité des rivières.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer