La surtaxe sur l'asphalte

Une augmentation de 2,77 pour cent du fardeau... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Une augmentation de 2,77 pour cent du fardeau fiscal sera appliquée en 2016 pour répondre aux besoins courant de la Ville alors qu'une ponction supplémentaire de 2 pour cent sera effectuée pour étendre plus d'asphalte.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Luc Larochelle</p>
Luc Larochelle
La Tribune

(SHERBROOKE) C'est une tactique à l'hôtel de ville de Sherbrooke. Lorsque les élus doivent nous faire avaler une hausse de taxes salée, ils la séparent en bouchées.

Une augmentation de 2,77 pour cent du fardeau fiscal sera appliquée en 2016 pour répondre aux besoins courant de la Ville alors qu'une ponction supplémentaire de 2 pour cent sera effectuée pour étendre plus d'asphalte.

La dernière ponction aussi sévère remontait à 2008. Le compte de taxes pour une résidence unifamiliale avait alors grimpé de 6 pour cent et le conseil municipal avait utilisé ce même mode de taxation superposée. Une « surtaxe sur les vidanges » avait alors été calculée en supplément à la taxe foncière pour défrayer l'augmentation des coûts d'enfouissement.

Certains contribuables s'étaient empressés de faire valoir que les occupants d'une maison de 400 000 $ ne génèrent pas nécessairement plus de déchets que ceux d'une résidence valant deux fois moins cher. Par souci d'équité, cette taxe spécifique avait rapidement été éliminée et ramenée dans la taxe générale.

Les élus reprennent la même formule pour lutter contre la détérioration du réseau routier avec la possibilité qu'elle rebondisse une fois de plus : y a-t-il nécessairement plus de voitures dans les stationnements des maisons cossues qu'ailleurs en ville?

S'il n'y avait pas de creux dans la profitabilité d'Hydro-Sherbrooke, il aurait été envisageable de hausser le budget des réfections majeures des chaussées à la cible de 15,4 M$ à même les revenus réguliers. La « taxe de 2 pour cent sur l'asphalte » rapportera 3,2 M$, soit l'équivalent de ce que la Ville perdra comme dividendes de son réseau d'électricité.

Si la Ville n'atteignait pas en 2016 une crête à 11,5 M$ pour le remboursement des emprunts ayant servi à renflouer les caisses de retraite, elle serait moins à court d'argent pour la voirie. Cette affectation, qui n'accaparait que 2,5 M$ dans le budget de la Ville lorsque Bernard Sévigny est arrivé en poste à la mairie en 2009, fléchira quelque peu à compter de l'an prochain, mais se maintiendra tout de même au-dessus des 10 M$ jusqu'en 2021.

«Accotée» de partout

L'administration municipale flirte avec la limite de l'endettement qu'elle s'était sagement fixée, celle-ci sera même légèrement dépassée cette année. Les élus auraient passé outre cette « alerte rouge » s'ils avaient envoyé 3 M$ de plus au crédit pour paver davantage de rues.

Même les revenus provenant de la taxe sur l'essence que la Ville affecte au réseau routier (5 M$ en 2015) commencent à s'évaporer (2,1 M$ cette année). Ce programme fédéral n'est pas permanent, il est à durée déterminée. 

La Ville est donc « accotée » de partout. Aux yeux du maire Sévigny, la seule réponse à l'insatisfaction généralisée face au réseau routier est de taxer davantage.

« On s'adresse à l'intelligence des gens, je pense qu'ils vont comprendre que c'est un budget réaliste. Ça ne veut pas dire que tout le monde va sauter de joie, loin de là. Ce n'est jamais agréable de se voir imposer une augmentation de taxes, mais nos choix sont logiques », assume M. Sévigny.

On veut bien faire preuve d'un minimum d'intelligence sauf qu'à répéter toujours le même refrain le maire commence à chatouiller notre impatience. Bernard Sévigny n'est plus un novice, un maire en apprentissage. Après six ans aux commandes de la Ville, l'appareil municipal devrait commencer à être à sa main. 

Ses homologues des autres grandes villes du Québec ont à dompter les mêmes monstres quant aux salaires ou aux caisses de retraite, ils ont essuyé les mêmes pertes que Sherbrooke dans le dernier pacte fiscal. Ce sont des arguments que les quatre conseillers dissidents (Hélène Dauphinais, Annie Godbout, Jean-François Rouleau et Pierre Tardif) ont commencé à rabattre sur le nez du maire avant le vote sur le budget. 

« Accordez-nous au moins le mérite d'avoir réussi à freiner la croissance de la main-d'oeuvre au sein de l'appareil municipal même si la population sherbrookoise est en augmentation. C'est un renversement de situation, cela ne s'était pas produit une seule fois depuis la fusion de 2002 » réplique Bernard Sévigny.

Les élus favorables au budget pourront compter sur le fractionnement même pour diluer le mécontentement dans la population puisque l'application du nouveau rôle d'évaluation exemptera 27 pour cent des contribuables sherbrookois, qui bénéficieront plutôt d'une baisse de taxes. 

À l'autre bout du spectre, 24 pour cent des propriétaires recevront au mois de janvier des factures avec des augmentations supérieures à 10 pour cent. L'autre moitié des propriétaires se retrouvera dans la moyenne avec une majoration allant de 0 à 10 pour cent. 

Le premier versement des taxes municipales étant payable en mars, les nids-de-poule seront sortis. Applaudissez à notre budget réaliste, relancera alors fièrement le maire Sévigny...

Partager

À lire aussi

  • Un budget frustrant

    Sherbrooke

    Un budget frustrant

    Les élus municipaux sherbrookois démontraient bien peu d'enthousiasme à adopter un budget qui comportait une hausse de taxes de 4,77 % lundi. Si... »

  • 79 M$ en projets d'immobilisation

    Sherbrooke

    79 M$ en projets d'immobilisation

    Boulevard René-Lévesque, remonte-pente au mont Bellevue et pont des Grandes-Fourches figurent parmi les projets que la Ville souhaite réaliser en... »

  • Un effort de 665 050 $ pour l'aéroport

    Sherbrooke

    Un effort de 665 050 $ pour l'aéroport

    La Ville de Sherbrooke poursuit dans la lignée de la campagne Entreprendre Sherbrooke et investit de manière à soutenir les entrepreneurs et la... »

  • 3,8M$ pour le pont des Grandes-Fourches

    Sherbrooke

    3,8M$ pour le pont des Grandes-Fourches

    Une enveloppe de 3,8 M$ s'ajoutera en 2016 aux 2,9 M$ déjà alloués en 2015 pour le déplacement du pont des Grandes-Fourches. L'année 2016 sera... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer