Vos priorités

Le tiers des investissements municipaux depuis 15 ans... (Imacom, Maxime Picard)

Agrandir

Le tiers des investissements municipaux depuis 15 ans dans des projets récréotouristiques a été consacré à des acquisitions, de la démolition et de la décontamination qui ont donné lieu à de la revitalisation. Les retombées du plan directeur proposé par Destination Sherbrooke sont plus difficiles à démontrer

Imacom, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) CHRONIQUE / Allez, prenez place pour notre session intensive de préparation du budget 2016. Encore cette année, il y a beaucoup de projets, de bons projets à Sherbrooke. Sauf qu'il faut trier.

Je n'ai qu'un paragraphe d'écrit que je vois déjà des mains levées pour nous suggérer où couper : voir si on va se lancer dans les dépenses de 25 millions suggérées par le plan directeur de Destination Sherbrooke!

L'exercice de persuasion est à recommencer. Comme c'est le cas chaque année depuis que le concept de Cité des rivières a été lancé. Quinze années au cours desquelles les investissements récréotouristiques ont totalisé 39,5 M$ à Sherbrooke, dont 27 M $ ont été payés à même nos taxes.

J'ai souvent de fois défendu ces choix, notamment parce que chaque dollar investi autour du lac des Nations a eu un effet de revitalisation.

Par exemple, les 3 M$ allongés par la Ville pour déplacer deux commerces qui étaient voisins de la gare de la rue Minto, la Biblairie GGC et Motos Thibault, ont été réinjectés par les propriétaires dans des édifices mieux adaptés qui rapportent à la caisse municipale. L'exemption de taxes dont bénéficie le Grand Times Hôtel (autour de 230 000 $ annuellement) va courir quelques années encore, mais viendra le jour où ce seront des revenus directs pour la Ville.

Des acquisitions

Près du tiers des investissements municipaux de la période 2001-2015 a été consacré à des acquisitions, à des travaux de démolition ou de décontamination afin de renaître le secteur King-Belvédère. Admettez que le coin a changé de poil pour le mieux.

Aveu pour aveu, je conviens que ce retour sur les investissements est plus difficile à démontrer avec le projet d'animation de la promenade de la gorge (11,8 M$) et le spectacle multimédia au lac des Nations (9 M$) priorisés par Destination Sherbrooke.

Il faut s'en remettre à des études plus générales, en présumant d'un achalandage supplémentaire de 225 000 personnes par année dont 55 pour cent viendront de l'extérieur, pour des retombées annuelles de 20 M$. Vous n'avez pas à m'en convaincre, ce ne sont pas tous les bailleurs de fonds du privé qui prendraient ces chiffres pour du cash!

« Je suis profondément convaincu du bien-fondé et de la valeur de ce que nous proposons. C'est le genre de projets qui se réalisent sur un coup d'opportunité », défend le président de Destination Sherbrooke, Rémi Demers.

Le pont des Grandes-Fourches

Membre du comité exécutif, M. Demers est parfaitement conscient de la précarité des finances municipales. Il n'est pas sans savoir non plus qu'un incontournable attend la Ville à l'embouchure de la rivière Magog : le pont des Grandes-Fourches, qui est en fin de vie. Une autre « opportunité » à saisir pour revitaliser. Déplacer le pont, réaligner la rue des Grandes-Fourches pour l'amener dans l'axe de la Wellington, ouvrir le secteur des Abénaquis à de nouvelles habitations, ça prendra de l'argent. Pas mal d'argent.

Pas nécessairement l'an prochain, car la reconstruction du pont est, semble-t-il, décalée minimalement jusqu'en 2017, mais la planification municipale ne peut se faire non plus sur seulement un an.

Les autorités sherbrookoises solliciteront les gouvernements supérieurs pour le pont et la réhabilitation de cette zone ayant un potentiel intéressant de développement. On réclamera en même temps de Québec et d'Ottawa les deux tiers des sommes requises pour animer la gorge? Si un député vous demandait de faire un choix, quel serait-il?

« Ça annonce des tiraillements, ce sont des choix budgétaires qui se posent pas plus tard que tout de suite. Nous avancerons au rythme de la capacité financière de la Ville », a fait valoir M. Demers à quelques heures du début de l'atelier budgétaire.

C'est vrai qu'il ne faut pas partir en peur avec un plan directeur. Celui de 2000 annonçait les mêmes intentions pour la gorge que la version 2015. À ce jour, il y a eu plus d'espoir que d'argent.

Rien pour faciliter les choses, la capacité financière de la Ville ira en diminuant puisque les pertes de revenus qui découleront de la perte des profits d'Hydro-Sherbrooke augmenteront au cours des années à venir.

Le boulevard René-Lévesque, pour lequel la Ville prévoit investir plusieurs millions, est parmi les autres projets à considérer. De nouveaux développements domiciliaires et une nouvelle école y sont rattachés. Ce sont des retombées directes plus concrètes que l'attrait des visiteurs pour des jeux de couleurs.

Bien peu de progrès

Le recyclage des défuntes usines de la berge sud du lac des Nations est toujours dans les cartons, mais il y a eu bien peu de progrès de ce côté depuis le déménagement du poste de police en 2011.

« Ce n'est pas à moi de dévoiler des choses, mais attendez-vous à ce qu'il y ait des annonces en lien avec ce que vous me parlez », laisse entendre le conseiller Demers.

Si cela se produit, ça enverra effectivement un signal positif aux contribuables indiquant que s'amorce une autre phase de revitalisation.

Pour la mise en oeuvre du plan directeur, les dirigeants de Destination Sherbrooke ont jugé réaliste de baser leurs attentes financières sur la moyenne des investissements municipaux des 15 dernières années, soit 1,8 M$. Cette somme représente 700 000 $ ou 63 pour cent de plus que ce qu'a été la contribution moyenne de la Ville entre 2011 et 2015, qui se chiffre plutôt à 1,1 M$.Ça me semble refléter davantage l'étau budgétaire dans lequel la Ville est coincée.

C'est le moment de passer au vote : on augmente, on maintient ou on freine l'investissement municipal dans les projets récréotouristiques?

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer