Sur le fuseau horaire de COP 21

Les dirigeants de la firme américaine 2050 Motors,... (Archives, La Presse)

Agrandir

Les dirigeants de la firme américaine 2050 Motors, un producteur de voitures électriques, ont visité la semaine dernière l'ancienne usine Hyundai de Bromont.

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Luc Larochelle</p>
Luc Larochelle
La Tribune

(SHERBROOKE) Nos représentants politiques et scientifiques s'apprêtent à partir pour Paris. Une autre menace que celle des terroristes deviendra à compter de lundi le centre d'intérêt de la planète : le climat.

Les djihadistes en font couler du sang, mais peut-on leur imputer autant de victimes que les 600 000 morts que les Nations-Unies associent à des catastrophes naturelles qui auraient été provoquées par le réchauffement climatique?

La Conférence COP21 obligera les chefs d'État à se commettre, à prendre des engagements en notre nom et au nom de la raison. Des engagements que les pays ne tiendront probablement pas. Pas plus que les précédents.

C'est contraignant de se peinturer dans le coin, de se teindre en vert et de le rester. C'est compliqué pour les élus d'une ville, imaginez, pour les dirigeants d'un pays.

Je ramène la chose à notre niveau, à l'échelle de la climatologie régionale, car Costco veut déménager son magasin-entrepôt de Sherbrooke pour l'amener sur le plateau Saint-Joseph en lui greffant 14 pompes afin de pouvoir nous offrir de l'essence au rabais.

Le projet envisagé oblige à une entorse à la planification municipale. Aux yeux de plusieurs, ce n'est qu'une bagatelle, un détail : on modifie le zonage, on retouche le schéma d'aménagement pour élargir le périmètre d'urbanisation de quelques centaines de mètres et l'affaire est classée. D'autant que le plateau Saint-Joseph est déjà considéré comme pôle commercial suprarégional.

Ça presse d'avoir du gaz bon marché!

N'empêche que ça vaudrait la peine de se demander si c'est avec une autre grande surface équipée des pompes à essence les plus denses qu'on va générer l'achalandage qui justifiera une amélioration du transport en commun sur le plateau Saint-Joseph, pour ainsi accommoder la clientèle du Centre de foires qui, à lui seul, n'attire pas assez de passagers réguliers.

La Régie de l'énergie vient de nous dire que nos petites stations-service locales n'ont pas les volumes pour opérer avec une marge au détail aussi basse qu'à Drummondville, vont-elles toutes survivre à la concurrence des prix de Costco?

Ce déménagement ne serait pas qu'une simple délocalisation d'entreprise, la compagnie vise sûrement à augmenter ses ventes et sa pénétration de marché. Serait-il sans conséquence sur les commerces de quartier et de proximité, si présents dans le discours de nos élus?

Je ne vous dis pas que le déménagement Costco serait inacceptable, incompatible avec les intérêts des Sherbrookois. Je constate seulement que l'enthousiasme qu'il suscite et les raisons pour lesquelles il est hautement considéré ne vont pas du tout dans le sens de la planification 2012-2027 du schéma d'aménagement.

Au moment où elle nous a été présentée, cette planification était censée être la route à suivre pour « modifier les habitudes de déplacement des Sherbrookois, assurer l'efficacité de nos systèmes de transport, réduire les gaz à effet de serre et augmenter l'efficacité énergétique ».

Nos montres ne sont pas toujours à l'heure de Paris.

«Accourons pour appuyer la campagne de séduction!»


Les dirigeants de la firme américaine 2050 Motors, un producteur de voitures électriques, ont visité la semaine dernière l'ancienne usine Hyundai de Bromont. L'un d'eux a déclaré à un collègue de La Voix de l'Est « que si la compagnie décide d'implanter une chaîne d'assemblage au Québec, elle s'établira à Bromont ».

Accourons pour appuyer la campagne de séduction!

Un pont existe déjà entre nos deux villes à travers le Centre international d'innovation C2MI, qui marie le savoir technologique des équipes d'IBM à celui de chercheurs de l'Université de Sherbrooke pour le développement de produits de la microélectronique. D'autres alliances stratégiques sont sûrement envisageables.

Sherbrooke a aussi de quoi faire de beaux yeux à 2050 Motors comme propriétaire d'un important réseau d'électricité, avantage concurrentiel qui pourrait lui permettre d'être la première ville à offrir un incitatif municipal pour l'acquisition de véhicules électriques, qui s'ajouterait à ceux de Québec et Ottawa.

La Ville se repaierait en vendant du « carburant », car plus elle branchera de voitures électriques, plus son nouveau poste de distribution de 32 M$ se paiera rapidement. Et plus il y aura de véhicules propres dans nos rues, moins nous polluerons.

« C'est le genre de projet pouvant effectivement s'avérer très porteur. La recharge des véhicules électriques représentera un marché fiable, stable. C'est sans compter les gains technologiques que nous pourrions faire grâce à nos scientifiques. Ça vaut la peine de contacter les élus de Bromont pour leur offrir notre collaboration », juge le conseiller Julien Lachance, qui préside le comité d'Hydro-Sherbrooke dont le mandat est maintenant élargi.

Sur le fuseau horaire de COP 21, ce serait toute une acquisition. Non seulement pour Bromont, mais aussi pour toute la région.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer