Pour être sûrs, mon oeil!

Ces trois étudiants du Saguenay vivent sous le... (La Tribune, Luc Larochelle)

Agrandir

Ces trois étudiants du Saguenay vivent sous le même toit à Sherbrooke. Les deux qui étaient masqués n'ont pas eu plus de difficulté à obtenir un bulletin de vote que leur comparse au visage découvert.

La Tribune, Luc Larochelle

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Je suis allé voter au parc Bureau avec ma conjointe et l'une de mes filles. Nous avions nos cartons individuels avec la même adresse qui nous envoyait vers la même urne. Nos trois noms se suivaient sur la liste électorale.

«M. Larochelle, avez-vous votre permis de conduire. La photo nous prouvera que c'est bien vous. On veut juste être sûrs », m'a demandé la scrutatrice avant de me remettre mon bulletin.

Au même moment, trois universitaires du Saguenay vivant sous le même toit pendant leurs études à Sherbrooke  sont arrivés à la table voisine. Deux d'entre eux étaient masqués. L'un était coiffé d'une tête de pigeon à travers laquelle on ne lui voyait que le rond des yeux tandis que le visage de l'autre était complètement dissimulé sous une tête de cheval.

Les trois se sont qualifiés comme électeurs en montrant leur facture de câble prouvant qu'ils avaient une adresse à Sherbrooke. Le reste des procédures n'a pas été plus compliqué pour les électeurs masqués que pour leur comparse au visage découvert.

«Les concessions religieuses, c'est correct et fondamental. Je suis également partisan de la liberté d'expression, mais pour la sécurité ou pour voter, ce n'est pas nécessaire. On n'a pas à se plier à de semblables exigences», s'est justifié William le pigeon.

«Il m'aurait été facile d'emprunter les cartes d'identité de quelqu'un qui ne voulait pas voter et de prendre le crayon à sa place pour remplir son bulletin de vote», croit Victor le cheval.

Les trois espèrent que c'est la première et dernière fois que l'exercice sérieux du droit de vote est ainsi exposé à la moquerie.

Ils ont raison, c'est pathétique !

Insultant, aussi. C'est à se demander si les vérifications, les vraies, ne sont pas que du zèle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer