Ski de montagne dans l'arrière-pays

Le mont Hereford, qui longe les frontières du... (Courtoisie, Forêt Hereford)

Agrandir

Le mont Hereford, qui longe les frontières du Vermont et du New Hampshire, deviendra à compter de l'hiver prochain la première pente de ski de montagne de la région.

Courtoisie, Forêt Hereford

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

<p>Luc Larochelle</p>
Luc Larochelle
La Tribune

Ce n'est pas parce que la première canicule est passée qu'il faut déjà se mettre à penser à l'hiver. Le beau temps incitant à l'évasion, voici par contre une proposition d'activité estivale qui pourrait vous rendre impatient de voir arriver le froid et la neige.

Préparez-vous une collation et sortez vos chaussures de randonnée pour entreprendre l'ascension du mont Hereford. L'aller-retour en partant du stationnement du rang 9, à East Hereford, représente une excursion d'une douzaine de kilomètres.

Durant le trajet, vous atteindrez un promontoire. Prenez le temps de vous asseoir sur le banc qui s'y trouve. Fermez les yeux et écoutez le silence apaisant. Ensuite, rouvrez-les et pointez votre regard vers la cuvette naturelle se trouvant au bout de vos pieds en imaginant que tout devient soudainement blanc autour de vous.

Les deux derniers kilomètres de montée vous obligeront à travailler un peu plus fort avant d'atteindre le sommet. Quand vous prendrez une pause pour vous reposer le mollet, demandez à votre cerveau qui aura soif de faire apparaître de la neige.

Arrêt sur image : là, drette-là, vous pourriez être en train de dévaler la montagne en planche ou à ski dans la poudreuse à travers l'érablière se trouvant à votre droite, en improvisant votre tracé pour zigzaguer jusqu'au bas de la cuvette que vous avez précédemment aperçue.

Le versant nord-est du mont Hereford deviendra à compter de l'hiver prochain la première pente de ski de montagne de l'Estrie. À ce qu'il paraît, à ski avec des peaux de phoque, en raquettes avec la planche sur le dos ou en split sboard (une planche qui se sépare en deux pour grimper et dont les fixations sont amovibles), les efforts de la montée sont largement récompensés lors de la descente.

«Nous avons invité des experts de ski de montagne l'hiver dernier pour tester le concept et leurs commentaires ont été élogieux. Selon eux, le site a beaucoup de potentiel», affirme David Lauzon, coordonnateur des Circuits Frontières, l'organisme qui parraine le projet.

Le potentiel du mont Hereford pour le ski alpin a été analysé dans le passé. Cette montagne (864 mètres) est plus haute en altitude que le mont Orford (853 mètres). Un plateau sépare toutefois les deux dénivelés (autour de 250 m chacun) les plus intéressants. Ce qui était un frein pour le ski alpin ne l'est pas pour le ski de montagne.

«C'est le refuge de ceux qui ne veulent plus se taper les longues files d'attente aux remonte-pentes. C'est un sport émergent dans le courant du Backcountry. Nous voulons offrir une expérience grisante avec le minimum d'encadrement. Les arbres sont matures, suffisamment espacés, alors nous n'aurons pas à empiéter sur la forêt», expose M. Lauzon.

Les monts Chic-Chocs, en Gaspésie, ont fait naître cette activité au Québec. Partout dans le monde, la quête d'aventure et d'isolement pousse vers l'arrière-pays.

Le ski de montagne sera une autre façon de faire fructifier le legs du richissime homme d'affaires américain Neil Tillotson et de son épouse Louise - aujourd'hui tous les deux décédés -, qui ont cédé 5600 hectares aux municipalités d'East Hereford et Saint-Herménégilde. Celles-ci en assurent la mise en valeur par le biais de l'organisme Forêt Hereford.

«La meilleure façon d'attirer des visiteurs dans notre coin, c'est de leur offrir ce qu'ils ne trouvent pas ailleurs», se réjouit le maire d'East Hereford, Richard Belleville, qui préside la corporation gérant la montagne.

Ce projet ouvrira un nouveau segment dans l'industrie touristique.

«Le ski de montagne sera complémentaire à nos stations alpines qui sont des moteurs économiques importants. Quand on voit naître des initiatives comme celle-là, qui sont portées par des communautés locales, on s'assure d'un développement harmonieux et durable», croit le directeur général de Tourisme des Cantons-de-l'Est, Alain Larouche.

Pour que cette activité puisse être pratiquée sans danger au mont Hereford, un minimum d'arbitrage s'imposera, car, en plus des randonneurs, les adeptes de motoneige hors-piste sont aussi attirés par cet immense terrain de jeux.

«Nous sommes conscients de cela et ça fait partie des contraintes que nous aurons à gérer», répond le coordonnateur de la forêt communautaire, Dany Senay.

Sur ce, on referme cette fenêtre d'hiver pour jouir du reste de l'été. La climatisation est plus efficace quand les fenêtres sont fermées.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer