La foi sans crédo religieux

Aujourd'hui établi en Suède, le Sherbrookois d'origine Philippe... (Photo courtoisie)

Agrandir

Aujourd'hui établi en Suède, le Sherbrookois d'origine Philippe Longchamps affirme que la décision courageuse de la Suède de couper les ponts militaires avec l'Arabie saoudite n'est qu'un exemple de son attitude.

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Luc Larochelle</p>
Luc Larochelle
La Tribune

Parmi les Suédois ayant applaudi la décision de Stockholm de rompre toute coopération militaire avec l'Arabie saoudite se trouve le Sherbrookois Philippe Longchamps, établi dans ce pays depuis 11 ans.

« La Suède est le pays le plus laïc au monde et probablement le plus humaniste. Je suis fier d'avoir voté l'automne dernier pour un gouvernement dont la conscience sociale dépasse les frontières du pays », me livre-t-il après avoir souhaité bon week-end à ses élèves fréquentant l'école Montessori de Lund, ville de l'agglomération urbaine de Malmö, le long de la frontière du Danemark.

Le « professeur Longchamps » a suivi la croisade en faveur de la libération Raif Badawi dans la presse suédoise, sans savoir toutefois que la famille du blogueur emprisonné pour ses opinions libérales vit maintenant dans son Sherbrooke natal.

« Ici, les gens sont très conscients de l'injustice flagrante dont M. Badawi est victime. Je suis parmi les nombreux Suédois ayant lu ses écrits. Ce sont des opinions basées sur l'éthique plutôt que sur la moralité. Elles correspondent à la conception de la société en Suède. Je suis par ailleurs heureux d'apprendre que la famille de M. Badawi l'attend à Sherbrooke. »

Philippe Longchamps est fier des idéaux de son pays d'adoption... et heureux de ne pas être confronté à l'austérité frappant le Québec.

« C'est sans doute nécessaire d'assainir les finances publiques. J'ai toutefois de la difficulté à suivre la direction que les Québécois veulent prendre. La prospérité se vit en Suède même si les taxes et impôts sont élevés. Y'a pas d'exode des cerveaux, que l'exode de quelques portefeuilles fortunés cherchant à échapper au fisc. Même quand le pays a été dirigé par des gouvernements de droite, le modèle social-démocrate n'a pas été remis en question. Tous cherchent à le bonifier. »

Comme au Québec, le régime de santé est public en Suède. Les études supérieures sont gratuites et les étudiants au doctorat sont même rémunérés pour poursuivre leur cheminement académique.

« Les impôts sont élevés et la taxe de vente est à 25 pour cent. Nous payons cher, mais on nous offre des services de qualité. La Suède n'est pas un pays parfait mais il m'arrive souvent de me dire : voilà où le Québec devrait aller. Et ça fonctionne! »

Ce n'est pas le premier témoignage élogieux à l'égard de ce modèle scandinave. Est-il hors de notre portée?

« Les changements sont sociaux avant d'être politiques. Les Suédois ne doutent pas de leur potentiel. Ils ont foi dans leurs dirigeants qui, en général, font preuve d'une grande maturité politique. On n'entend pas les gens se plaindre de gaspillage ou de corruption parce qu'ils ont sous les yeux de nombreux exemples de réussite. Ils sont témoins du progrès et de l'innovation qui créent un environnement stimulant et un milieu de vie agréable », raconte M. Longchamps.

La Suède est l'un des 28 États associés au sein de l'Union européenne. Sa population (9,6 millions) n'est qu'une mince fraction de cet ensemble de 507 millions d'habitants. Malgré cela, les Suédois ont fait le choix de conserver leur monnaie.

« L'attitude courageuse et audacieuse manifestée à travers la décision de couper les ponts militaires avec l'Arabie saoudite, pour être cohérents avec le souci du respect des droits de l'Homme, n'est à mes yeux qu'un exemple de ce qu'est la Suède. C'est l'attitude suédoise. C'est de cela que je rêvais au Québec. J'ai estimé que j'avais plus de chances de le vivre en changeant de pays plutôt que d'attendre que les choses changent dans le mien. »

Près de 6000 kilomètres nous séparent de la Suède. La distance économique, politique et sociale est plus grande que cela encore.

Pourtant, j'entreprendrais demain sans hésiter le long pèlerinage pour arriver un jour à Stockholm...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer