Laissez-moi mourir

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

<p>Luc Larochelle</p>
Luc Larochelle
La Tribune

Les tribunaux n'auront pas à déterminer si Sonia Blanchette était parfaitement lucide au moment où elle a tué ses trois jeunes enfants à Drummondville en décembre 2012. Mme Blanchette est décédée en refusant de s'alimenter. Les autorités carcérales et médicales auraient été sommées de respecter son souhait.

Qui a déterminé l'aptitude de l'accusée à choisir cette fin de vie ? Les conditions applicables à un détenu sont-elles aussi strictes que celles encadrant la volonté d'une personne atteinte d'une maladie incurable de "mourrir dans la dignité" ?

À lire dans La Tribune de samedi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer