Du marché et du vignoble

Le défi de la troisième journée de l'aventure France Festive est simple :... (La Tribune, Jonathan Custeau)

Agrandir

La Tribune, Jonathan Custeau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Mulhouse, FRANCE) Le défi de la troisième journée de l'aventure France Festive est simple : survivre à la quantité de nourriture qu'on nous présentera. Facile? Attendez de savoir.

Nous nous sommes d'abord rendus au marché public de Mulhouse, considéré comme un des plus grands de France. Il est construit sur un canal, donc sur une dalle au-dessus de l'eau, et le bâtiment est fait tout en longueur. On trouve des vêtements, des fruits et légumes, et à l'intérieur, de la viande et quelques endroits pour nous asseoir et manger.

Notre expertise de la veille nous rendant bien confiants, nous avons acheté des quetsches pour les ramener à Paris. Puis, nous avons goûté du vin nouveau bien frais et très sucré. Il n'était pas encore midi. Ouf! Nous avons aussi eu droit à des charcuteries italiennes et, enfin, lors de l'arrêt dans une fromagerie locale, à une dégustation de fromages et de vin.

Le marché de Mulhouse, c'est plus de 350 marchands qui font du commerce trois jours par semaine. On y vient de l'Allemagne et de la Suisse, les pays voisins, et des communes environnantes. Le concept de marché public, dans cette petite ville de 110 000 habitants, fonctionne à merveille.

Les dégustations terminées, c'était le temps de... manger. Le dîner nous attendait.

De là, nous avons cheminé vers la ville voisine de Bergholtz pour nous arrêter au vignoble Dirler-Cadé, vignoble de 18 hectares qui réunit deux familles de vignerons. Les Dirler se sont lancés en affaires en 1871. Dans les bonnes années, ils produisent jusqu'à 100 000 bouteilles, en incluant le crémant. Certaines de ces bouteilles sont acheminées vers le Québec.

L'été ayant été chaud en France, la saison des vendanges a commencé tôt. Le 2 septembre. On est déjà sur le point de récolter les vendanges tardives. Pour le plaisir, nous sommes allés cueillir quelques raisins que nous avons apportés pour une dégustation d'une quinzaine de vins. Nous ne pensions pas possible de pouvoir en goûter autant.

Il restait encore le souper, avec un peu de vin encore. Faites le calcul, nous avons probablement pris 20 kilos en une seule journée.

Suivez-moi en direct sur les médias sociaux et au jonathancusteau.com

Notre journaliste a été invité par Atout France.

Partager

À lire aussi

  • Un petit canard avant de partir?

    Le Bourlingueur

    Un petit canard avant de partir?

    L'aventure en France se termine pour les huit blogueurs invités qui avaient été répartis dans quatre villes à travers le pays. Pour la dernière... »

  • Cuisiner les pommes et les herbes

    Le Bourlingueur

    Cuisiner les pommes et les herbes

    Si vous êtes du type à garder les Smarties rouges pour la fin, vous comprendrez facilement que ma dernière journée à Mulhouse a été la plus chargée... »

  • Les quetsches et la voiture à 40 millions

    Le Bourlingueur

    Les quetsches et la voiture à 40 millions

    Toujours à Mulhouse, France, pour quatre jours de défis. Si on peut croire que c'est la Fête de la gastronomie, c'est plutôt le festival du mot... »

  • Mulhouse comme au Québec

    Le Bourlingueur

    Mulhouse comme au Québec

    Mulhouse! C'est le nom de la ville mystère qu'il y avait dans l'enveloppe qui m'attendait à l'aéroport juste avant de décoller pour la France,... »

  • Partir relever le défi de la gastronomie

    Le Bourlingueur

    Partir relever le défi de la gastronomie

    Partir, c'est forcément se lancer vers l'inconnu. On aura beau avoir tout planifié, on tombera toujours sur une grève des transports en commun, une... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer