Auckland comme si vous y habitiez

Du quartier de Devonport, en Nouvelle-Zélande, on aperçoit... (La Tribune, Jonathan Custeau)

Agrandir

Du quartier de Devonport, en Nouvelle-Zélande, on aperçoit le volcan endormi de Rangitoto.

La Tribune, Jonathan Custeau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Les occasions de rencontrer la population locale, quand on voyage, se multiplient avec les possibilités sans fin qu'offre l'internet. Suffit d'adresser la parole au gars du dépanneur ou au voisin de table au restaurant, vous me direz, mais les sites ou applications comme Couchsurfing, Party with locals et Backpackr peuvent jouer les entremetteurs.

Les occasions de rencontrer la population locale, quand... (La Tribune, Jonathan Custeau) - image 1.0

Agrandir

La Tribune, Jonathan Custeau

J'ai beau me promettre de les tester tous, j'ai un peu le sentiment de renoncer à ma flexibilité quand je prévois une rencontre plusieurs jours d'avance. J'ai tendance à faire confiance à la spontanéité du hasard et aux rencontres que j'effectue souvent à l'auberge de jeunesse.

Le couchsurfing permet par exemple de passer la nuit chez des individus qui offrent gracieusement un divan ou un lit disponible dans leurs logis. C'est gratuit, souvent à l'extérieur des sentiers battus, et on rencontre des gens qui ont envie de s'ouvrir aux étrangers. Les couchsurfeurs ont tendance à détester qu'on prenne leur logement pour des hôtels à faible coût. Ils veulent échanger.

Il reste que ce n'est pas toujours évident de trouver le match parfait. Mes quelques tentatives ont été infructueuses et j'ai fini par me rabattre sur les auberges de jeunesse. À défaut d'y trouver un lit, j'y ai déniché un guide du tonnerre, une fois, en Nouvelle-Zélande.

Pas le temps de tergiverser, j'ai lancé une seule ligne à l'eau. James, photographe, un peu artiste, semblait avoir accueilli plusieurs voyageurs avant moi, dont certains québécois. Nous nous sommes croisés dans un café pour voir s'il valait la peine de perdre notre temps ensemble. Concept étrange mais essentiel pour le voyageur.

James m'a finalement offert exactement ce que je demandais : voir Auckland là où peu de touristes s'aventurent. Il m'a emmené dans son quartier de Devonport, de l'autre côté de la baie, pour longer la grève pendant un long moment. Nous avons grimpé un cap pour voir les îles à l'horizon.

Il m'a pointé le volcan endormi de Rangitoto, où on aboutit en prenant un des quelques traversiers qui assurent les transports chaque jour. « J'y vais au moins une fois chaque année. S'il fait beau demain, on peut y aller ensemble », a lancé James.

Nous avons traversé le quartier résidentiel, les terrains de basket et de cricket où les enfants s'amusent les jours de congé et nous avons gravi le petit mont Victoria pour un autre coup d'oeil sur la ville.

Pour remercier mon guide impromptu, je lui ai offert le repas : un fish n' chips traditionnel dans un boui-boui qui les emballe encore dans du papier journal. James a paru étonné que je lui demande conseil pour choisir le poisson qu'on nous servirait. Sur le menu, aucun des noms ne m'était familier. Pas de saumon, pas d'aiglefin. J'étais à l'autre bout du monde après tout.

« Choisis-en un. Ce ne sont pas des poissons bien spéciaux », a-t-il soufflé. Il faut croire que ça dépendait des points de vue.

Le lendemain, j'ai repris le traversier pour procéder à l'ascension de Rangitoto, une oasis que les Néo-Zélandais tentent de protéger en interdisant d'y transporter des animaux ou d'y laisser des déchets. Les quelques maisons coquettes au coeur de cette île ne sont que des chalets qui ne sont pas occupés en permanence.

Le lit de pierres volcaniques, bien chaud lorsque chauffé par le soleil, n'est pas particulièrement invitant sur les sentiers. Il reste qu'à travers la végétation dense et les quelques éclaircies sur les berges, les endroits sont nombreux pour s'arrêter le temps d'un pique-nique. Au sommet, un observatoire a été aménagé alors qu'au pied du volcan, des plages presque désertes peuvent être explorées en paix.

Sans les bons conseils de James, je ne me serais probablement pas aventuré jusqu'à Rangitoto qui, pourtant, représente désormais pour moi un incontournable aux environs d'Auckland.

Suivez mes aventures au www.jonathancusteau.com

Partager

À lire aussi

  • Le bonheur à El Transito au Nicaragua

    Le Bourlingueur

    Le bonheur à El Transito au Nicaragua

    Entre le rêve et sa réalisation, il n'y a qu'un pas. Un grand pas truffé d'embûches et d'imprévus qu'on décide de franchir quand même pour donner à... »

  • Le courant qui nous pousse en avant

    Le Bourlingueur

    Le courant qui nous pousse en avant

    Les coïncidences, le hasard et le courant qui nous pousse en avant convergent parfois, même souvent, vers les souvenirs les plus mémorables. Le... »

  • La Chine ancienne de Pingyao

    Le Bourlingueur

    La Chine ancienne de Pingyao

    Un secret bien gardé ne l'est plus dès que les rumeurs se répandent, pas vrai? Alors je ne qualifierai pas de secret mon coup de coeur chinois pour... »

  • Le barrage routier du Vietnam

    À propos de nous

    Le barrage routier du Vietnam

    La région de Sapa, dans le nord du Vietnam, est connue pour ses rizières... et ses manteaux North Face. Mon séjour dans ce pays de l'Asie du Sud-Est... »

  • Le barrage routier du Vietnam

    La Tribune

    Le barrage routier du Vietnam

    La région de Sapa, dans le nord du Vietnam, est connue pour ses rizières... et ses manteaux North Face. Mon séjour dans ce pays de l'Asie du Sud-Est... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer