Ces endroits où il n'y a rien à voir

Pendant que tous les touristes visitent Napa, en... (La Nouvelle, Jonathan Custeau)

Agrandir

Pendant que tous les touristes visitent Napa, en Californie, de petites villes comme Solvang cachent aussi quelques beautés.

La Nouvelle, Jonathan Custeau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Entre l'anxiété de devoir affronter l'inconnu sans le moindre repère et la tentation de tout planifier avant le départ, mon coeur balance. Quand on part avec des attentes grandes comme ça, qu'on veut s'assurer de ne rien manquer, on tend à accumuler les projets. Et on risque de revenir déçu d'avoir été déjoué par les imprévus.

Il y a deux façons de lire les guides de voyage, les blogues, les sites internet qui nous recommandent des lieux à visiter. Celle que je préfère consiste à regarder grossièrement les itinéraires proposés, cibler les surprises qu'on veut absolument se réserver ou éviter, et bien sûr, identifier un ou deux incontournables.

Pour moi, la lecture, la préparation, elle sert surtout à mettre en contexte. Pourrai-je rentrer à pied à mon hôtel si la noirceur est déjà tombée ou est-il préférable de prendre un taxi? Dois-je négocier le prix du taxi ou le chauffeur a-t-il l'obligation d'utiliser le compteur? Si je négocie, par combien dois-je diviser la demande du marchand pour payer un montant raisonnable?

Je m'informe sur le pourboire à laisser dans les restaurants, sur le niveau de français ou d'anglais de la population locale et sur les petites arnaques qu'on tentera forcément de me passer.

Il y a la deuxième façon, où on veut tellement maximiser chaque minute qu'on se lance dans des listes toutes plus longues les unes que les autres. À Paris, par exemple, on notera tous les incontournables : la tour Eiffel, l'Arc de triomphe, Notre-Dame-de-Paris, le Louvre, le musée d'Orsay, le Sacré-Coeur... Et on tentera de tout faire entrer en trois jours.

Parce que pendant qu'on y est, il faut bien voir toute la France : le Mont-Saint-Michel, Carcassonne, Lyon, les plages de Normandie... On fera la liste des trajets de train, de leur durée, et on choisira même avant de partir l'heure du convoi qu'on préfère. On réservera les hôtels aussi, ceux qui se trouvent dans le Routard, ou le Lonely, forcément, parce qu'on ne veut pas de mauvaise surprise.

Me voilà épuisé juste à y penser.

Ce qu'il y a de beau, à la première option, c'est la possibilité de débarquer là où les guides n'ont pas pris la peine de suggérer une escale. C'est vrai qu'en train, c'est moins tentant de débarquer au milieu de nulle part sans savoir si on trouvera un toit pour dormir ou si la ville présente le moindre intérêt. Au contraire, quand on se retrouve derrière un volant, il est fichtrement plus intéressant de s'arrêter là où il n'y a rien à voir... en théorie.

Puisque je parlais de la France, prenons l'exemple de Charlieu, une petite ville de moins de 4000 habitants quelque part dans la Loire. Si son abbaye est magnifique, on fait rapidement le tour de la commune quand on se promène à pied. Pourtant, on a bien envie de s'y arrêter, d'aller flâner dans un resto et de discuter avec quelques citoyens. On peut aussi prendre son temps dans un... café-coiffure...

Même genre d'expérience à Briennon, à quelques kilomètres de là, où la population est deux fois moins importante. On y trouve un canal, un musée, et simplement de quoi se « dégourdir l'oeil » à une vitesse beaucoup moins folle qu'à Paris.

Les États-Unis sont sans aucun doute une mine d'or pour le même type d'arrêts, parfois prolongés, qui répondent beaucoup mieux à la raison d'être des vacances qu'une course contre la montre dans un grand centre. Les vignobles de Solvang, par exemple, donnent le goût de s'attarder. Pourtant, en Californie, on vous recommandera Napa, à des lieues de là.

Les amateurs de montagnes connaissent probablement aussi Littleton au New Hampshire, un arrêt logique en route vers le mont Washington ou Lafayette. La liste des activités y est limitée. Pourtant, la brasserie Schilling, la rivière qui se trouve juste derrière et ses brocantes peuvent tenir occupé pour quelques heures à l'écart des grands centres.

Là où il n'y a apparemment rien à voir, il y a tout à découvrir.

Suivez mes aventures au www.montourduglobe.com

Partager

À lire aussi

  • Le mensonge confessé

    Le Bourlingueur

    Le mensonge confessé

    A beau mentir qui vient de loin. A beau mentir qui s'en va loin itou. En voyage, on peut s'inventer des vies, changer de nom cent fois et se rajeunir... »

  • Une ondée chez l'habitant

    Le Bourlingueur

    Une ondée chez l'habitant

    La pluie finit toujours par tomber. C'est de même! À moins d'être extrêmement chanceux, il y aura toujours une journée ou deux, pendant les vacances,... »

  • Tremblements de terre et tsunamis

    Le Bourlingueur

    Tremblements de terre et tsunamis

    La Californie attend le Big One depuis des décennies. Le tremblement de terre qui promet de ravager une partie de la côte ouest américaine finira par... »

  • Voyage à l'école de la vie

    Le Bourlingueur

    Voyage à l'école de la vie

    J'ai mis du temps à comprendre l'expression « école de la vie ». Sûrement parce qu'il faut vivre au moins un peu pour comprendre le concept qu'il y a... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer