Merci, les profs!

L'éducation, c'est le résultat de la rencontre des... (Collaboration spéciale, David Goudeault)

Agrandir

L'éducation, c'est le résultat de la rencontre des élèves et des professeurs. On doit protéger cette rencontre.

Collaboration spéciale, David Goudeault

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) «Le but de l'éducation est de transformer des miroirs en fenêtres.» - Sydney J. Harris

CHRONIQUE / On a tous connu un prof marquant, une enseignante inspirante pour influencer notre parcours, notre personnalité, notre existence même. Un nom vous vient en tête, non? C'est peut-être une manière d'être, une attitude bienveillante, un exemple de rigueur, ou une simple phrase qui nous est restée et qu'on porte encore en nous.

Je n'oublierai jamais ce prof d'édu qui m'a lancé : « Tu fermes jamais ta gueule, toé? », ni cette titulaire qui a déclaré devant toute la classe : « David, tu vas mal finir! ». Tous les profs ne sont pas merveilleux. Heureusement pour nous et l'avenir du monde, la majorité s'appliquent à la tâche, assument avec intelligence l'immense responsabilité d'être prof. Et dans le lot, magnifiant nos trajectoires, de lumineux humains portés par la vocation de l'enseignement changent nos vies.

Je pense à Soeur Pierrette, qui accueillait mes larmes de poètes de six ans et demi. Elle soignait ma tête trop pleine en la laissant reposer sur sa généreuse poitrine compatissante, et m'écoutait. Elle m'apprenait à lire et compter, mais surtout à devenir un homme, avec des émotions et les moyens de les nommer.

Hélène Gravel, qui m'a donné le seul Méritas de tout mon primaire. Un certificat de « bonne lecture ». Entre deux retenues, trois changements de garde et quatre crises identitaires, c'était bienvenu. Je crois parfois que c'est ce bout de papier qui m'a poussé à consacrer ma vie à l'écriture.

Francine Poitras, ma chère Francine amoureuse du français, qui a cru à mes délires d'auteur avant tout le monde, voyant du talent dans mes histoires tordues et mon gangsta-rap trifluvien plutôt faible en calories intellectuelles. Tu as cru en moi avant que j'y croie moi-même.

Martin Lavallée, ce prof d'histoire qui nous la racontait pour vrai, qui tissait des liens avec l'actualité, en dehors du programme. Lui qui refusait la médiocrité et nous « nivelait par le haut ». Cet homme nous transmettait du savoir, oui, mais nous donnait surtout envie d'en savoir plus.

Et tous ceux que je n'oublie pas, qui ont marqué mon parcours scolaire et m'ont appris à faire des efforts, à persévérer, à m'instruire et devenir un citoyen, dans le sens engagé du terme. Je suis la somme de vos acharnements.

Et tous ceux que je croise encore aujourd'hui, qui m'invitent à rencontrer leurs étudiants, qui organisent des ateliers de création littéraire, des conférences, même des salons du livre dans leurs cafétérias!

C'est la Semaine pour l'école publique. Je suis pour, très pour. Même que je suis contre leurs ennemis : les coupures vicieuses du gouvernement, les commentaires dénigrants de personnes incapables de faire la moitié de leur travail, et le manque de gratitude, eux qui en méritent tant, pourtant. Je défends les profs chaque fois que j'en ai l'occasion, et l'occasion est belle cette semaine.

L'éducation n'est pas une dépense, c'est un investissement à long terme. On ne met pas de l'argent dans l'éducation, on investit dans l'avenir de notre société. On n'engraisse pas des fonctionnaires, on rémunère des professionnels de l'enseignement.

L'éducation, ce n'est pas un ministère qui cherche à charcuter les budgets pour plaire aux excités de l'économie simplifiée, voire simpliste. L'éducation, c'est le résultat de la rencontre des élèves et des professeurs. On doit protéger cette rencontre! Si on veut garder nos jeunes à l'école, il faut y garder les profs passionnés aussi.

Avec tout ce qu'ils subissent comme coupures, restructurations, réformes alambiquées et autres pressions de l'état, je ne suis pas convaincu que les professeurs font le plus beau métier du monde. Par contre, je sais que c'est le plus significatif.

Ne lâchez rien, gardez la tête haute, défendez vos droits, continuez d'assurer notre avenir, d'aiguiser l'intelligence de nos enfants, de transmettre notre culture et d'allumer des passions. Pour tout ça, et le reste aussi, merci profs!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer