Sueurs froides sur grand écran

Durant le tournage de séquences de chasse dans... (Photo fournie)

Agrandir

Durant le tournage de séquences de chasse dans les Rocheuses, le Magogois Réal Langlois ainsi que ses fils Simon et Kevin ont été surpris par une famille de grizzlys. Cette rencontre fortuite est l'un des faits saillants de la nouvelle production que M. Langlois propose aux adeptes de ses films.

Photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Luc Larochelle</p>
Luc Larochelle
La Tribune

(SHERBROOKE) Réal Langlois est un homme de petite taille nous ayant habitués aux images d'orignaux majestueux qu'ils ramenaient du Yukon.

Le Magogois a dû lui-même se donner des allures de géant au cours de la dernière année durant le tournage de l'un de ses films de chasse qui font le tour du Québec.

Lui, ses fils Simon et Kevin qui sont membres de l'équipe de production, ainsi que le guide qui les accompagnait lors d'une expédition dans les Rocheuses, se sont retrouvés face à trois grizzlys.

« Nous chassions le wapiti à l'appel dans un entonnoir au creux des montagnes. En entendant des craquements, je me suis préparé à faire feu. Quand j'ai réalisé que c'étaient des grizzlys qui fonçaient droit sur nous, ils n'étaient qu'à une quinzaine de mètres. J'en ai vécu des sensations fortes dans le bois, mais je pense que celle-là dépasse toutes les autres. Les gens vont le percevoir dans le film car les caméras tournaient », décrit le chasseur-conférencier.

La tournée 2016, qui s'arrêtera à Lac-Mégantic le 18 février, à Magog deux jours plus tard, puis le 3 mars à Coaticook, est sous le signe de la diversité encore cette année. L'équipe de l'Homme panache est notamment allée chasser le chevreuil dans le nord du Texas ainsi que l'orignal au Nouveau-Brunswick.

« C'est à mes yeux le cheptel d'orignaux le plus équilibré et le plus attrayant pour les chasseurs. Là-bas, la ressource n'est pas surexploitée comme c'est le cas ici. Ils gèrent en fonction de ce que la nature peut donner, pas en fonction de ce que les revenus de chasse peuvent générer. On le voit malheureusement ici, en Estrie, à quoi une pression de chasse trop forte peut mener », déplore M. Langlois.

Le Magogois est par ailleurs très fier de rendre un hommage au cours de la présente tournée à l'un de ses mentors, Monsieur Orignal, Pierre Guilbault.

« Cet homme a été un précurseur au Québec. C'est lui qui a été le premier à enseigner l'art de chasser l'orignal. C'est un honneur pour moi de l'accompagner dans son dernier tour de piste »

Pour consulter l'horaire ou voir la bande-annonce de la tournée : www.hommepanache.ca.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer