Saison hasardeuse pour la pêche d'hiver

Les cabanes des pêcheurs n'ont pas encore fait... (Photo fournie par Jean Longpré)

Agrandir

Les cabanes des pêcheurs n'ont pas encore fait leur apparition dans la baie de Magog. Bien qu'il soit assez solide pour supporter le poids des pêcheurs à certains endroits, le couvert de glace du lac Memphrémagog n'est pas uniforme et peut présenter des risques.

Photo fournie par Jean Longpré

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Luc Larochelle</p>
Luc Larochelle
La Tribune

(SHERBROOKE) CHRONIQUE / Les amateurs de pêche blanche pourraient se déplacer sur des lames sans même avoir à sortir de pelle tellement nos lacs sont lustrés comme une patinoire qui vient d'être arrosée.

Malgré les dégels à profusion depuis le début de l'hiver, il y a de la glace assez solide pour pêcher. Le couvert n'étant cependant pas uniforme partout, il peut toutefois surprendre les aventuriers fonçant tête baissée.

« La pêche est praticable pourvu qu'on soit prudent et vigilant. À plusieurs endroits, l'épaisseur de la glace varie entre 20 et 30 cm. Il ne faut cependant pas tenir pour acquis que c'est le cas partout », prévient le sergent François Laprise du service de protection de la faune de l'Estrie.

Des véhicules circulent sur la glace de baies du lac Memphrémagog, mais pas sur celle de Magog.

« La glace porte suffisamment pour pêcher. Malgré cela, je n'ai pas encore installé mes cabanes de crainte que des utilisateurs prennent le risque de s'en éloigner. Je me demande même si ça vaudra la peine, car la saison sera assurément plus courte. Cette glace n'aura pas beaucoup de résistance lorsque le soleil prendra de la force », soupèse Jean Longpré, propriétaire de la firme Les Excursions l'AIR du lac, qui offre habituellement en location à cette période de l'année des abris fermés pour pêcher.

La voie publique de la plage des Cantons, qu'empruntent les véhicules pour accéder à la surface glacée de la baie de Magog, demeure pour le moment cadenassée.

Situation semblable du côté du lac Mégantic. Le village saisonnier de pêcheurs dans la baie Victoria ne prendra forme que lorsque les conditions seront sécuritaires. La surveillance est continue puisqu'un tournoi de pêche doit avoir lieu sous peu à cet endroit.

Si cette météo en dents de scie persiste, le Club des 4 loups de Magog pourrait se voir contraint d'annuler sa populaire activité de pêche familiale durant la première fin de semaine de mars.

« Nous nous donnons encore deux semaines pour évaluer s'il est envisageable de réunir 400 à 500 personnes dans ces conditions. Chose certaine, nous ne risquerons rien », assure l'un des membres du comité organisateur, Alain Roy.

« Ma longue expérience de pêche sur la glace n'a jamais fait de moi un brave ou un audacieux. Durant les hivers normaux, j'encourage les pêcheurs à se déplacer sur les lacs, à explorer. Cette année, c'est à déconseiller. Il n'y a pas de chances à prendre », commente pour sa part le Coaticookois Guy Lafrenière, devenu l'une des références pour la pêche blanche au Québec.

La pluie des deux derniers jours augmentera les débits des cours d'eau se jetant dans les lacs, ce qui activera les courants sous les couverts de glace.

« Ces courants ne demeurent pas nécessairement dans l'axe du point d'entrée au lac, ils peuvent bifurquer rapidement et sans que ce soit apparent. Ce sont ces mouvements d'eau minant le couvert de glace qui peuvent nous piéger », rappelle M. Lafrenière.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer