Les cégeps revoient la cote R

Consultée par les universités au moment d'admettre des... (Photo Archives, La Tribune)

Agrandir

Consultée par les universités au moment d'admettre des diplômés collégiaux, la cote R sera revue rétroactivement à compter de 2014 par les cégeps, ce qui devrait améliorer le dossier de 90 pour cent des étudiants.

Photo Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Les étudiants des cégeps ont maintenant droit à une cote R revisitée, ce qui permettrait d'améliorer la cote d'environ 90 % d'entre eux.

La cote R est utilisée par les universités et permet de classer les étudiants, explique Éric Gagné, directeur des études au Cégep de Sherbrooke.

Cette cote est aussi un des éléments dont on tient compte pour l'admission des étudiants à l'université dans des programmes contingentés, par exemple en médecine ou en pharmacie.

Les changements qui sont apportés seront rétroactifs jusqu'en 2014.

« Selon les modèles mathématiques, 92 % des étudiants vont voir leur cote R augmenter », note M. Gagné. Les plus importantes augmentations touchent lettres, sciences et art de même que sciences de la nature. Les moins grandes seraient en sciences humaines et en arts, lettres et communications.

« On n'a pas d'indication pour les huit pour cent qui connaîtront peut-être une petite baisse; il n'y a pas de programme en particulier », précise-t-il.

Pour les étudiants concernés qui feront leur entrée à l'université, les établissements universitaires choisiront la meilleure cote des deux, soit celle de l'ancien régime et du nouveau régime.

La nouvelle méthode de calcul de la cote R du ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur entre en fonction cette session-ci. « Ce que le Ministère nous indique, c'est que c'est plus équitable. En ce sens, c'est une bonne amélioration... », note M. Gagné.

La sélection de l'une des meilleures cotes R se fera pendant la période de transition, souligne la vice-rectrice aux études de l'Université de Sherbrooke, Christine Hudon.

Pour les universités, cela concerne les étudiants qui feront des demandes d'admission à l'automne 2018.

La capacité d'accueil des programmes demeurera la même, souligne-t-elle.

Certaines iniquités avaient été soulevées dans un rapport du comité du Bureau de coopération interuniversitaire (BCI) (dont fait partie de l'UdeS) au sujet de la cote R. Les travaux qui ont mené aux modifications ont commencé en 2009, rappelle Mme Hudon.

L'Association étudiante du Cégep de Sherbrooke (AÉCS) analysera les impacts de ces changements.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer