Onze femmes réaliseront le Défi du Tour du Mont-Blanc

La Maison Aube-Lumière organise une nouvelle activité-bénéfice :... (Spectre Média, Frédéric Côté)

Agrandir

La Maison Aube-Lumière organise une nouvelle activité-bénéfice : le Défi du Tour du Mont-Blanc, qui se déroulera du 6 au 15 septembre. Ci-dessus, les participantes Élisabeth Brière, présidente de la Maison Aube-Lumière, la journaliste Mélanie Noël et Lysianne Reula-Sheard, une ingénieure à la retraite et bénévole de l'établissement. On les voit en compagnie de la directrice générale Marie Bécotte, à gauche.

Spectre Média, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Onze femmes de 32 à 72 ans parcourront le tour du mont Blanc afin d'amasser des fonds pour la Maison Aube-Lumière, qui accueille les personnes atteintes de cancer en fin de vie. Derrière ce défi de 170 km qui les fera traverser trois pays (France, Italie, Suisse) se cachent des motivations profondes.

Parmi les participantes, Lysianne Reula-Sheard est une survivante du cancer, pour qui le périple représente un grand défi physique. C'est aussi une occasion de remercier d'être en vie et de rendre hommage à ceux qui terminent leur route à Aube-Lumière.

« Je suis moi-même une survivante du cancer. J'ai eu plusieurs cancers. Je sais ce que ça veut dire d'avoir une épée de Damoclès sur la tête... Je sais ce que c'est de viser la mort en face de vous », raconte l'ingénieure en électronique à la retraite.

Au cours de ses multiples batailles, elle a subi l'ablation du troisième lobe du poumon droit, une opération qui a affecté sa capacité à respirer.

« J'ai mis deux ans à m'en remettre... Même l'an passé, je n'étais pas capable de faire mes 18 trous, et même neuf trous... »

Aujourd'hui, elle se porte mieux. « J'ai toujours la peur de faire le Défi, mais avec la volonté, je crois que je le peux. »

« Je veux témoigner tout mon amour, mon respect et surtout, donner du courage et des forces pour ce dernier chemin qu'abordent ces gens qui sont ici... » a-t-elle souligné en dédiant son défi à une amie qui a perdu sa bataille.

Une occasion de tenir sa promesse

Pour la journaliste de La Tribune Mélanie Noël, ce défi est l'occasion de respecter une promesse.

« Quand j'avais 23 ans, j'ai eu un grave accident de voiture. Je me suis cassé le bassin (...) Pour me guérir, on m'a immobilisée pendant plusieurs semaines (...) Consciente que j'ai passé à quelques millimètres de devenir paraplégique, je rêvais au jour où j'allais pouvoir marcher de nouveau. Je me disais que plus jamais j'allais me plaindre d'avoir à marcher », a raconté celle qui a dû réapprendre à marcher dans les mois qui ont suivi.

« Je me disais que lorsque je pourrais marcher, je marcherais tout le temps pour tous ceux qui sont cloués au lit, pour une raison ou pour une autre. » Mélanie Noël est consciente de la chance qu'elle a eue.

« Quand Élisabeth (NDLR : Brière, présidente d'Aube-Lumière et participante au Défi) m'a parlé du voyage, je me suis dit que c'était vraiment un bon moyen d'honorer la promesse que je m'étais faite. »

Cette première édition du Défi du Tour du Mont-Blanc se déroulera du 6 au 15 septembre.

Les 11 participantes ont déjà dépassé l'objectif d'environ 30 000 $ qui avait été fixé en amassant quelque 40 157 $.

Plus de 200 bénévoles veillent au fonctionnement de l'établissement en donnant plus de 30 000 heures par année, a rappelé la directrice générale de l'établissement, Marie Bécotte.

« Pour continuer au quotidien cette extraordinaire mission, nous devons recueillir un million $ chaque année. Cela représente environ 250 $ par jour par chambre. »

On compte aussi parmi les participantes Raymonde L. Brémaud. Cette maniaque de la marche n'a pas hésité à parcourir 37 km afin de venir porter ses dons à la Maison Aube-Lumière. Des dons amassés à coup de un et deux dollars en faisant du porte-à-porte.

Cette passionnée de 72 ans était toutefois absente de la conférence de presse, puisqu'elle randonnait justement en Europe. Après le tour du Mont-Blanc, elle ira parcourir une portion du chemin de Compostelle.

Les participantes paient elles-mêmes les coûts du voyage et devaient amasser 3000 $ pour la cause.

Le public est invité à suivre le périple du groupe par l'entremise de la page Facebook de la Maison Aube-Lumière; un rendez-vous est prévu quotidiennement à 13 h.

Le groupe est aussi constitué de Johanne Desrosiers, Nicole Dubuc, Andrée-Anne Ouimette, Nancy Pelchat, Louise Rast Dunnigan, Brigitte Roy et Marie-Josée Roy.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer