Des subventions peu connues des parents

L'Association coopérative d'économie familiale (ACEF Estrie), membre de... (Spectre Média, Maxime Picard)

Agrandir

L'Association coopérative d'économie familiale (ACEF Estrie), membre de l'Union des consommateurs, mène actuellement une campagne de sensibilisation afin de faire connaître les subventions liées aux Régimes enregistrés d'épargne-études (REEE). Sur la photo, la coordonnatrice Sylvie Bonin.

Spectre Média, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Peu de familles à revenus modestes savent qu'elles peuvent toucher jusqu'à 2000 $ par enfant pour financer les études de leurs enfants en s'inscrivant au Bon d'études canadien (BEC). Selon l'ACEF Estrie, en 2015, seulement 37 % des enfants québécois admissibles au Bon d'études canadien ont bénéficié de cette subvention. L'Association coopérative d'économie familiale (ACEF Estrie), membre de l'Union des consommateurs, mène actuellement une campagne de sensibilisation afin de faire connaître les subventions liées aux Régimes enregistrés d'épargne-études (REEE).

« Si j'ai trois enfants, c'est 6000 $ que je ne vais pas chercher si je ne suis pas au courant. On veut vraiment informer les gens là-dessus. La bonne nouvelle, c'est que c'est rétroactif. C'est pour les enfants nés après 2004, à partir du 1er janvier. Si j'ai un enfant de 10 ans et que je l'apprends maintenant, je vais aller chercher les sommes antérieures », explique Sylvie Bonin, coordonnatrice de l'ACEF Estrie.

La moitié des familles québécoises ne profitent pas des subventions liées aux REEE.

« Souvent, les gens se disent qu'ils n'ont pas l'argent et qu'ils en mettront quand ils en auront. »

Or, l'avantage avec le BEC, c'est que les parents n'ont pas obligatoirement à cotiser pour toucher aux subventions : ils n'ont qu'à ouvrir le régime. La subvention du gouvernement canadien est versée jusqu'à l'âge de 15 ans; un montant de 500 $ est versé la première année.

Qui est admissible au BEC? Les enfants nés après le 31 décembre 2003 et les parents dont le revenu familial net (2015) est de 45 916 $ et moins.

Les subventions peuvent varier entre 30 % et 60 %.

Pourquoi une subvention comme le BEC est-elle à ce point méconnue? Plusieurs raisons peuvent expliquer la situation, croit Mme Bonin. L'intérêt mitigé pour les questions financières, une certaine méfiance par rapport aux REEE, la confusion entourant les REEE et les REER (régime enregistré d'épargne-retraite), et puis, avec de jeunes enfants, les parents ont bien souvent d'autres chats à fouetter.

Sylvie Bonin rappelle le rôle de l'organisme, qui en est un de défense des consommateurs, et non de vendeurs de ce genre de produits.

L'ACEF invite d'ailleurs les gens à bien s'informer avant d'ouvrir leur REEE. Il existe plusieurs types de régimes et un grand nombre d'institutions en offrent.

Il existe plusieurs types de REEE : le contrôle des placements s'effectue par les souscripteurs pour le familial et l'individuel, tandis que dans le cas d'un REEE collectif, ce sont des fournisseurs (il en existe plusieurs). Chaque fournisseur gère les REEE selon ses propres règles.

Un concours a été lancé par l'Union des consommateurs en lien avec les REEE.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer