« Le phénomène astronomique de l'année »

L'éclipse solaire du 21 août est « le... (Spectre Média, Jessica Garneau)

Agrandir

L'éclipse solaire du 21 août est « le phénomène astronomique de l'année », selon l'ASTROlab du parc national du Mont-Mégantic. Sébastien Giguère, coordonnateur scientifique à l'ASTROlab, se rendra aux États-Unis pour avoir le meilleur point de vue.

Spectre Média, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Notre-Dame-des-Bois) L'éclipse solaire du 21 août est « le phénomène astronomique de l'année », selon l'ASTROlab du parc national du Mont-Mégantic.

Plusieurs activités y sont prévues afin de pouvoir y assister. Véritable maniaque de ces phénomènes, Sébastien Giguère, coordonnateur scientifique à l'ASTROlab, se rendra aux États-Unis pour avoir le meilleur point de vue. « C'est la totalité (NDLR : aux États-Unis). Ici, c'est l'éclipse partielle. »

« La bande de totalité part de l'Oregon jusqu'en Caroline. La bande, c'est juste une centaine de kilomètres de large; c'est juste dans ce 100 km de large que tu peux voir la totalité. J'ai eu le privilège dans la vie de voir pas mal tous les grands spectacles d'astronomie : j'ai vu des tempêtes d'étoiles filantes, des aurores boréales, plein de trucs! Mais l'éclipse totale, qui est selon beaucoup de gens le phénomène le plus fascinant à voir, je n'ai jamais vu ça encore. Le temps file, la vie avance. C'est facile, entre guillemets, à aller voir. »

Il y a près de 40 ans que l'ombre de la Lune n'aura pas traversé le continent nord-américain.

Au Québec, l'éclipse sera partielle et la Lune cachera environ 50 % du Soleil. Le maximum de l'éclipse se produira vers 14 h 45, selon les régions.

Sébastien Giguère sera aux États-Unis aux côtés de ses collègues Rémi Boucher et Guillaume Poulin. Le trio partira en quelque sorte à la chasse à l'éclipse. Plusieurs facteurs entraient en ligne de compte pour choisir le meilleur emplacement possible, dont les probabilités de beau temps.

« Quand la Lune passe, elle projette un cône d'ombre. Quand il tombe sur la Terre, ce point-là est tout petit. La Lune passe devant le Soleil, le point d'ombre touche la Terre et traverse les États-Unis... Il y a beaucoup d'endroits où tu peux voir le Soleil à moitié caché, mais l'endroit où l'ombre est vraiment complète - l'ombre va être toute petite sur la surface de la Terre - c'est 100 km de large tout simplement. »

Il y aurait une éclipse totale à un endroit donné sur la Terre en moyenne tous les 375 ans. « Ça donne une idée de la rareté... »

Sébastien Giguère sera aussi accompagné de son fils et de son père. « Ce sera un voyage mémorable familial. »

Une journée spéciale se tiendra à l'ASTROlab le 21 août. Les visiteurs pourront observer l'éclipse au moyen de lunettes et de télescopes munis de filtres spéciaux, « puisque l'observation du Soleil est très dangereuse sans protection efficace », explique-t-on à l'ASTROlab.

Une présentation spéciale sur le phénomène sera à l'affiche et les observations de la NASA seront retransmises sur écran géant. « Il s'agira possiblement de l'éclipse totale la plus observée de l'histoire », fait-on également valoir à l'ASTROlab.

« Il y a plusieurs mythes qui circulent au niveau des éclipses. C'est important de bien camper ces choses-là. Le Soleil n'est pas plus dangereux pendant une éclipse que normalement. Mais normalement, on n'essaie pas de regarder. Même s'il reste juste 50 % du Soleil, il n'est pas moins dangereux pour les yeux. Notre rétine n'a pas de terminaison nerveuse. Si tu te brûles la rétine, tu ne le sens pas. C'est ce qui est dangereux », nuance Sébastien Giguère.

« Au Québec, d'une façon ou d'une autre, tu ne peux pas regarder l'éclipse partielle sans avoir un équipement spécial. »




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer