Sébastien Jacques à un mois du fil d'arrivée

Sébastien Jacques prendra une pause bien méritée, ce... (Photo tirée de Facebook)

Agrandir

Sébastien Jacques prendra une pause bien méritée, ce jeudi, pour visiter le Grand Canyon avec sa mère.

Photo tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Dans un mois, Sébastien Jacques parviendra à sa destination finale, Santa Monica en Californie. Si tout se déroule comme prévu, son périple aura finalement été plus court que ce qu'il prévoyait au départ. Arrivé en Arizona depuis quelques jours, le marcheur vivra de beaux moments ce jeudi en prenant une pause pour visiter le Grand Canyon aux côtés de sa mère.

« Mes parents m'ont vu passer d'athlète de haut niveau à écrasé sur le divan à longueur de journée. Là, ils ont la chance de me revoir vivre à fond et de pouvoir vivre ce moment-là avec ma mère (Judith Drouin), c'est le fun pour ça. Les quatre ans de misère que j'ai vécus, ça a été quatre ans de misère pour elle aussi », raconte-t-il.

Il continue sa route avec sa mère qui l'attend chaque jour un plus loin avec un véhicule motorisé. « C'est le gros luxe! Je n'ai pas à me soucier d'où je dors et de la nourriture, c'est surtout ça la différence. »

Le duo a quand même eu quelques craintes, dans la nuit de mardi, alors que des gens ont vérifié l'état des portes du véhicule. Heureusement, ils n'ont pas insisté lorsqu'ils ont vu qu'elles étaient barrées.

En entrevue téléphonique mercredi, Sébastien Jacques prévoyait arriver au Grand Canyon à la fin de la journée. « Je suis vraiment dans le milieu de nulle part. C'est vraiment beau, mais il n'y a rien autour. »

Pour le moment, les journées sont moins chaudes que ce qu'il anticipait.

Il se trouve dans le désert, en haute altitude; la donne devrait changer lorsqu'il redescendra d'altitude.

Comment va-t-il? « Je pense que je serais prêt à faire le tour du monde. Je ne le ferais pas, lance-t-il en riant, mais je me sens vraiment bien. » Il vit encore une bataille mentale en se levant et en sachant qu'il devra parcourir quelque 40 km au cours de sa journée.

« Ça joue environ à 27, 28 ou 30 degrés. Ce n'est pas si pire. Au Kansas, c'était rendu à 40 degrés et c'était assez humide. Je suis un peu habitué », raconte celui qui maintient quelque 40 km quotidiennement.

« Au début de l'aventure, je me disais que j'avais six mois pour traverser (les États-Unis), question de visa et de pouvoir être aux États-Unis. Je savais que j'avais six mois maximum, je me laissais le plus de temps possible. Mais finalement, je vais finir en bas de cinq mois s'il n'y a rien de vraiment intense. Ça dépend s'il arrive une canicule intense à 50 degrés... Sinon, je continue avec mes 40 km par jour. »

En traversant l'Utah, dernier État qu'il a traversé avant l'Arizona, il a fait un détour d'environ 60 km pour voir Monument Valley, dans le secteur où Forrest Gump est passé dans le film du même nom.

« Si j'étais seul, je n'aurais pas pu passer par la route de Forrest Gump et aller voir le Grand Canyon. C'est tellement désert, il n'y a rien pendant des jours et des jours... »

Les rencontres réalisées tout au long du parcours auront marqué celui-ci.

« J'ai rencontré tellement de gens! Il y a un monsieur qui m'a hébergé au Kansas, il a fait 16 heures d'auto pour venir me voir. »

Il y a aussi cette blogueuse italienne, bien connue dans son pays, qu'il a croisée sur sa route. En peu de temps, raconte-t-il, ses abonnés sur Instagram ont fait un bon de plusieurs milliers de personnes.

Au fil d'arrivée de cette marche d'environ 5000 km au Québec et aux États-Unis, Sébastien Jacques doit rencontrer les neurochirurgiens qui lui ont permis de retrouver la santé.

L'ancien espoir canadien de tennis avait subi une délicate intervention chirurgicale au cours de laquelle on lui a retiré un kyste au cerveau. Le Magogois a amorcé son périple en avril dernier.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer