Expulsée pour deux légers retards

La petite Romy Teasdale-Rochford, 5 ans, participait au... (Photo fournie)

Agrandir

La petite Romy Teasdale-Rochford, 5 ans, participait au programme d'intégration scolaire offert par le CIUSSS de l'Estrie - CHUS pour se préparer à sa rentrée à la maternelle cet automne.  À cause de deux retards de quelques minutes, elle a été expulsée du programme.

Photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Pour se préparer à sa rentrée à la maternelle cet automne, la jeune autiste Romy Teasdale-Rochford, 5 ans, participait cet été au programme d'intégration scolaire offert par le CIUSSS de l'Estrie - CHUS. Mercredi, ses parents apprenaient à leur grand désespoir que leur fillette était expulsée du programme à la suite de deux retards de quelques minutes. Ils souhaitent dénoncer la décision qu'ils jugent drastique compte tenu des circonstances.

La grande soeur de 8 ans de Romy,... - image 1.0

Agrandir

La grande soeur de 8 ans de Romy, Gabrielle, est elle aussi atteinte d'autisme de haut niveau.

« Je trouve la décision inappropriée et elle a été prise de façon très rigide alors que le programme lui-même vise à réduire la rigidité souvent marquée chez les personnes atteintes d'autisme. C'est très paradoxal », explique la mère de Romy, Nancy Teasdale.

Le programme débutait en juillet à raison de trois jours par semaine de 8 h 30 à 15 h 30. « Dans le code de vie, il était mentionné qu'après deux retards, nous aurions un avertissement et que nous risquions l'expulsion, on était très au courant. Mais il y a des retards et des retards. Ici on parle d'un retard de deux minutes et d'un autre retard de cinq minutes. Le premier retard, c'est parce que ma fille avait fait une crise, car elle n'avait pas la bonne paire de chaussures. Les enfants autistes sont rigides et ce n'est pas toujours facile de gérer les départs et les transitions. Le deuxième retard, mardi, est lié à un appel professionnel qui a duré une minute de plus et le trafic sur la route 143 », explique la mère de famille qui vit à Hatley alors que le programme estival du Centre de réadaptation en déficience intellectuelle et en troubles envahissants du développement (CRDITED) Estrie se tient à l'École des Quatre-Vents, à Sherbrooke.

Romy est atteinte d'un autisme de haut niveau qui lui permettra d'intégrer une classe régulière dès la rentrée à l'École des Enfants-de-la-Terre à Waterville. L'autisme de haut niveau est une forme d'autisme qui permet aux personnes atteintes d'interagir socialement et d'exprimer leur intelligence. La grande soeur de 8 ans de Romy, Gabrielle, est aussi atteinte d'autisme de haut niveau.

La mère de Romy a appris l'expulsion de sa fille de la bouche de l'intervenante pivot, mais la décision venait de plus haut. « C'est la directrice qui a pris la décision. L'intervenante trouvait la décision extrême et était d'avis que cela n'avait pas de sens. J'ai communiqué avec la directrice qui m'a répété que c'était le règlement. Point. Que j'avais droit à mon opinion, mais que ça ne changerait pas sa décision. Je lui ai fait valoir qu'elle travaillait pour le bien-être des enfants essentiellement et que je trouvais aberrant qu'un principe qui ne tient pas debout passe avant l'intérêt des enfants. Cela pénalise ma fille qui n'a rien à se reprocher », déplorent Mme Teasdale et son conjoint Tyler Rochford.

« Je n'en reviens pas. Je dois avouer que j'ai pleuré toute la journée. Je me mets dans la peau de ma fille qui nous disait hier qu'elle était en amour avec ses amis du programme. Je trouve ça inhumain de faire ça à un enfant. Les changements ne sont pas faciles pour les autistes alors cette décision ajoute un fardeau inutile à ma fille », ajoute la mère de Romy.

Lorsque Mme Teasdale a proposé de changer les choses, l'intervenante a mentionné que le règlement pourrait être assoupli dans le futur, mais que pour Romy il n'y avait rien à faire, elle ne réintégrerait pas le programme.

Cette expulsion privera Romy de quatre jours de préparation et ses parents ne pourront pas assister à la réunion qui avait pour objectif de faire un compte rendu des progrès et éléments à améliorer chez leur fillette.

« Romy est une enfant qui est capable de se débrouiller malgré son autisme. Il ne faut simplement pas la priver des services dont elle a besoin pour bien se développer », conclut Mme Teasdale.

Le CHUS tend la main aux parents

Le CIUSSS de l'Estrie - CHUS a convié, jeudi, les parents à une rencontre ce vendredi ou lundi pour identifier des pistes de solutions permettant aux parents de respecter le code de vie.

« Si nous arrivons à une entente, nous permettrons à la fillette de poursuivre les activités du groupe d'intervention la semaine prochaine. Il est important tout de même de préciser que ce groupe d'intervention représente qu'une toute petite partie des services offerts dans le cadre du programme d'adaptation et réadaptation à la personne et qu'il n'a jamais été question de mettre fin aux autres services requis », précise Annie-Andrée Émond, porte-parole du CIUSSS de l'Estrie - CHUS.

Le code de vie est clair. « Aucun enfant ne sera accepté après 9 h. Advenant deux retards, votre enfant sera retiré du programme. »

Les parents ont déposé une plainte au commissaire aux plaintes et à la qualité des services, ce qui permettra qu'une enquête indépendante sur les circonstances du retrait de l'enfant du groupe d'intervention auquel il est inscrit soit réalisée, mentionne Mme Émond.

La conclusion de celle-ci sera rendue aux plaignants dans un délai maximal de 45 jours. « Lorsque ce type d'insatisfaction survient et qu'il n'a pas été possible de s'entendre avec le gestionnaire du service, il s'agit toujours la meilleure marche à suivre. Le commissaire et les commissaires adjoints relèvent directement du conseil d'administration, ce qui leur laisse l'indépendance requise pour enquêter, émettre des recommandations et, s'il y a lieu, amener des améliorations », conclut la porte-parole du CIUSSS de l'Estrie - CHUS.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer