• La Tribune > 
  • Actualités 
  • > Nouvelle aventure pour Mireille Roberge : « On ne part pas en Peace and Love » 

Nouvelle aventure pour Mireille Roberge : « On ne part pas en Peace and Love »

Mireille Roberge et son conjoint Samuel Richer ont... (Photo fournie)

Agrandir

Mireille Roberge et son conjoint Samuel Richer ont décidé de vendre presque toutes leurs possessions pour aller s'installer à Vancouver.

Photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Crédit photo : Spectre média : Jessica GarneauJournaliste : Cut Simon Roberge
Simon Roberge
La Tribune

(SHERBROOKE) La journaliste Mireille Roberge et son conjoint ont décidé de vendre toutes leurs possessions et de sauter, pour une énième fois, à pieds joints dans l'inconnu. Cette fois, le voyage se fait vers l'Ouest canadien et la ville de Vancouver.

« J'aime rebondir et vivre des expériences, explique-t-elle. J'ai envie que ma vie soit une succession d'expériences, pas quelque chose de linéaire. Nous n'avons pas d'enfants et nous n'en aurons pas ».

« Ce n'est pas une décision qui est sortie de nulle part, ajoute-t-elle. J'y étais déjà allée souvent. »

Après avoir été employée du Nouvelliste de Trois-Rivières, elle a pris le chemin de la Suisse pour y poursuivre sa carrière. Elle était en Australie lors des Jeux olympiques de Sydney en 2000. Elle s'est promenée beaucoup en enchaînant les emplois à TVA et Radio-Canada. Elle a traversé le Canada à vélo pour faire des reportages et amasser de l'argent pour la fondation des élèves de la commission scolaire de la région de Sherbrooke. Elle a également oeuvré pour les Jeux du Canada 2013 et dernièrement pour MétéoMédia.

Elle s'est également laissée tenter par l'entrepreneuriat avec son conjoint Samuel Richer. Ils avaient entrepris de relancer l'entreprise Ressac au printemps 2015. La compagnie a toutefois mis fin à ses activités en 2016.

« Cette expérience-là a peut-être moins bien fonctionné, mais ce n'est pas grave. C'est un apprentissage », admet-elle.

Vancouver vient donc s'inscrire dans la longue liste des expériences de Mireille Roberge.

« On est des passionnés de plein air. La Colombie-Britannique est un peu le paradis du vélo de montagne au pays. C'est l'endroit rêvé pour nous. »

« On ne s'en va pas là avec une attitude Peace and Love, tient-elle à préciser. On a déjà eu des entrevues dans nos domaines respectifs. J'ai des trucs qui vont probablement débloquer. On aime nos carrières. »

Le couple règle quelques dossiers et devrait partir au début du mois d'août.

« On va se relayer et faire des bouts à vélo. Ça va faire un clin d'oeil à ma traversée du pays d'il y a dix ans », souligne-t-elle.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer