60 ans d'un amour improbable

Jean Vandenberghe et Claire Trudeau s'aiment encore autant... (Spectre média, René Marquis)

Agrandir

Jean Vandenberghe et Claire Trudeau s'aiment encore autant après 60 ans de mariage.

Spectre média, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Raymond Berthiaume chantait « N'oublie jamais le jour où l'on s'est connu », des paroles que diffusaient les haut-parleurs du bar Le Flamingo de l'Hôtel Wellington, un jour de décembre 1955. Claire Trudeau et Jean Vandenberghe se sont connus ce jour-là et se le remémorent encore alors qu'ils célébraient en juin leur 60e anniversaire de mariage. Non seulement les amoureux n'oublient pas, mais leur amour ne faiblit pas non plus.

Pendant leur voyage de noces, bien avant la... (Photo fournie) - image 1.0

Agrandir

Pendant leur voyage de noces, bien avant la mode des égoportraits, les nouveaux mariés se sont photographiés en utilisant un muret en bordure de mer.

Photo fournie

Jean Vandenberghe, originaire d'Ostende en Belgique, n'avait pourtant pas l'intention de s'attarder au Québec. Électricien de formation, il souhaitait voyager aux États-Unis, y travailler pour recueillir un peu d'argent, et poursuivre sa route. Deux ans pas plus, c'était ça le plan. Mais l'exigence d'un permis spécial l'a forcé à se rabattre sur le Canada. « Je suis arrivé en bateau. J'avais une lettre de recommandation pour travailler à Montréal, mais je n'ai pas aimé l'endroit. J'ai pris un taxi et j'ai dit au chauffeur que je voulais aller dans un endroit où il y avait des arbres, de la forêt. Il avait de la famille à Sherbrooke, alors il m'a conduit ici », raconte l'homme d'aujourd'hui 87 ans.

Il a finalement trouvé un emploi dans une manufacture qui connaissait des problèmes avec sa machinerie importée d'Europe. Un emploi tout désigné.

Claire, fille de l'ancien maire de Sherbrooke Alphonse Trudeau, entre dans sa vie par l'intermédiaire d'un ami. « Il voulait inviter une de mes amies à danser, mais il ne voulait pas y aller seul, alors il a demandé à Jean de m'appeler. Nous sommes allés danser au Flamingo. Je n'avais pourtant pas l'habitude de courir les bars », raconte Mme Trudeau, 89 ans.

« Tu es venu me rencontrer à la maison, se rappelle Claire en soutenant le regard de son amoureux. Il a rencontré mes parents. Je pense qu'il a trouvé la maison accueillante. »

Après cette première soirée, c'est Jean Vandenberghe qui a fait les premiers pas pour renouveler l'expérience. « Il est revenu me voir. Il n'arrêtait pas de m'appeler. Mes parents s'entendaient bien avec lui. Ils l'ont même engagé pour qu'il fasse des travaux. »

Le couple décrit bien humblement le moment où une étincelle s'est allumée entre eux deux. « J'ai senti un attrait. Ça s'est fait comme ça. Je savais d'avance que mon projet initial était modifié », raconte M. Vandenberghe.

Les amoureux se sont fréquentés pendant un an et demi. Ils sortaient au Bal des Petits Souliers, au Cinéma de Paris... « Après, nous nous sommes mariés et nous n'avions plus le temps de sortir », s'amuse Claire.

Le grand jour

Le 15 juin 1957, le couple unissait sa destinée à l'église Notre-Dame-du-Perpétuel-Secours avant de célébrer à l'hôtel New Sherbrooke, au coin King Ouest et Dépôt. « Nous ne pouvions pas nous marier à la cathédrale. Elle était en rénovation », se souvient Claire.

Le grand jour, les parents de Jean ne pouvaient pas être au Canada. « J'y ai pensé un peu, mais j'ai toujours foncé dans tout ce que je faisais, alors j'ai foncé », dit l'époux.

Les parents de Claire, eux, s'étaient inquiétés au début de la relation. « Ils étaient un peu inquiets parce que nous pensions que Jean était allemand et qu'il n'était pas catholique. S'il n'avait pas été catholique, je n'aurais peut-être pas pu me marier avec lui », relance Claire.

Mais Mme Trudeau se disait convaincue que l'amour était réel et pouvait durer. « Nous avons eu cinq enfants. Ça nous a tenus encore plus. C'était l'amour. »

Claire se souvient que son mari avait oublié les clés de la voiture au moment de quitter l'hôtel New Sherbrooke pour le voyage de noces à Saint-Johnsbury. Il avait aussi caché le bolide pour éviter les mauvais coups de ses invités.

Claire s'est occupée des enfants pendant que Jean s'affairait à l'enseignement du métier d'électricien. Celui qui a vécu les affres de la Deuxième Guerre mondiale en Europe a connu une carrière de 40 ans de ce côté-ci de l'Atlantique. « La guerre m'obsède encore. J'en parle souvent aux enfants. Il y a toujours des indices quelque part. Dès qu'on ouvre la télé, on entend parler des réfugiés. »

Quant à elle, Claire a travaillé dans un bureau de médecin.

Le couple, qui compte aujourd'hui huit petits-enfants, a vu Sherbrooke se transformer beaucoup. Leur maison, sur la 7e Avenue, était bordée de pâturages. L'hôtel New Sherbrooke a été incendié. Le parc Jacques-Cartier était le bout de la ville... Et l'Hôtel Wellington, y compris son bar Flamingo, tombera bientôt sous le pic des démolisseurs.

Des noces de diamant? Et après? « C'est peut-être un nombre clé, mais nous vivons un jour après l'autre. Nous n'y pensons pas. Nous disons en riant que nous fêterons le 70e », rigole M. Vandenberghe.

Mais 60 années laissent bien le temps pour quelques conflits, non? « Il y a eu de petites chicanes bénignes, mais nous oublions vite », commence Claire Trudeau.

« Nous ne nous sommes jamais lancé de pots et nous n'avons jamais brisé de vitre », poursuit Jean Vandenberghe.

Le secret réside peut-être dans l'absence de lave-vaisselle... « Depuis plusieurs années, nous n'avons même pas monté le ton. Nous n'avons jamais eu de lave-vaisselle. Jean lave et moi j'essuie », lance Mme Trudeau.

« Nous pouvons donc parler beaucoup ensemble », ajoute M. Vandenberghe.

Les enfants de Claire Trudeau et Jean Vandenberghe ont souligné l'anniversaire de mariage de leurs parents toutes les décennies depuis 1987 en leur organisant une surprise. Ce 60e anniversaire ne fera pas exception et la chanson « N'oublie jamais » promet certainement d'être au programme. « C'est pour ça qu'on veut se rendre à 70 ans de mariage. Nous voulons une autre fête », s'amuse Jean Vandenberghe.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer