• La Tribune > 
  • Actualités 
  • > Consultation sur les zones inondables: North Hatley monopolise l'attention 

Consultation sur les zones inondables: North Hatley monopolise l'attention

Directrice générale de l'organisme Bleu Massawipi, Michèle Gérin... (Spectre média, René Marquis)

Agrandir

Directrice générale de l'organisme Bleu Massawipi, Michèle Gérin a exhorté le gouvernement à « laisser North Hatley tranquille s'il n'avait pas le courage » de dire que tout le onde serait inclus.

Spectre média, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(AYER'S CLIFF) Même si elle portait sur un projet de décret visant plus de 200 municipalités à travers le Québec, la consultation publique tenue lundi soir, à l'Hôtel Le Président à Sherbrooke, a permis d'entendre plusieurs arguments pour et contre la proposition de construire plus de 200 unités d'habitation en zone inondable à North Hatley.

Les représentants gouvernementaux dépêchés à la rencontre souhaitaient que toutes les interventions et questions du public se rapportent au projet de décret du gouvernement, qui veut restreindre de façon importante la construction en zone de grand courant, aussi appelée 0-20 ans, pendant une période de 18 mois. Mais les différents intervenants en provenance de l'audience ont souvent débordé.

Quoi qu'il en soit, une série d'intervenants ont affirmé que Québec ne devrait pas appliquer son éventuel décret seulement dans les municipalités touchées par les inondations du printemps dernier.

Président de l'organisme environnemental Memphrémagog conservation, Robert Benoit a notamment révélé qu'il jugeait « un peu loufoque » que seulement un nombre limité de municipalités soient visées par Québec. « Selon moi, les mesures prévues par Québec mériteraient d'être mises en application dans toutes les zones inondables à travers la province », a lancé l'ancien député d'Orford.

Directrice générale de l'organisme Bleu Massawippi, Michèle Gérin a pour sa part exhorté le gouvernement à « laisser North Hatley tranquille s'il n'avait pas le courage » de dire que tout le monde serait inclus. « Pourquoi North Hatley est-il sur la liste? On fait une erreur en affirmant que cette municipalité est différente. »

Mme Gérin, qui s'était jusque-là montrée critique envers l'administration locale, a renchéri en faisant remarquer des villes inondées à plus d'une reprise, durant les dernières années, ne figurent pas dans la liste des localités ciblées. Elle a notamment nommé Coaticook, où des inondations majeures ont été observées depuis 2012.

Directeur régional du ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire du Québec, Pierre Poulin a profité de l'occasion pour mentionner qu'un forum portant sur la question des inondations aura lieu à l'automne au Québec. L'objectif sera notamment de trouver des « solutions d'avenir » pour amoindrir les problèmes causés par les inondations dans les différentes régions de la province.

Demande de retrait

Tel que prévu, le maire de North Hatley, Michael Page, est intervenu lundi soir pour demander que son le nom de son village soit retiré du décret. « Nous sommes d'avis que nous n'avons pas notre place sur cette liste », a-t-il dit.

Pour défendre sa position, M. Page a soutenu que l'eau n'a causé aucun dommage lors de la crue du printemps dernier dans son village. Mais, vérification faite auprès des autorités gouvernementales, au moins une réclamation aurait été déposée par un contribuable de North Hatley en lien avec les plus récentes inondations.

Advenant que le projet de décret soit adopté sans aucune modification, le village sera vraisemblablement forcé d'inviter une nouvelle fois le promoteur Richard Laliberté à la patience. Rappelons que ce dernier espère toujours construire des dizaines d'unités d'habitation au coeur de la municipalité.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer