Atteint du Spina bifida: Kevin rêve d'autonomie

Atteint de Spina bifida myéloméningocèle, Kevin Caron  n'a... (Spectre média, René Marquis)

Agrandir

Atteint de Spina bifida myéloméningocèle, Kevin Caron  n'a aucune sensation dans ses jambes et s'est toujours déplacé en fauteuil roulant.

Spectre média, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Kevin Caron, 23 ans, rêve de pouvoir aller visiter un ami, faire du sport ou se rendre au Cégep sans dépendre de ses parents ou du transport adapté qu'il doit réserver une semaine à l'avance. Des déplacements qui ne posent souvent aucun souci aux jeunes de son âge, mais qui deviennent un obstacle de taille pour les gens, qui comme Kevin, sont en fauteuil roulant.

Atteint du Spina bifida myéloméningocèle, la forme viable la plus grave de spina bifida, Kevin n'a aucune sensation dans ses jambes et s'est toujours déplacé en fauteuil roulant. Sa malformation ne l'a pas empêché d'obtenir son diplôme d'études secondaires, en juin 2016, après dix ans de cours à l'école Du Phare et au Centre Saint-Michel et une bonne dose de persévérance. Son meilleur souvenir de l'école? Les parties de hockey adapté organisées les jours 9. Parce que même si Kevin ne marche pas, il est un grand amateur de tous les sports, à l'exception du golf et du curling.

« J'ai joué au basketball pendant des années. Et si je pouvais me déplacer de façon autonome, je recommencerais à jouer », lance le Sherbrookois qui a lancé une campagne de sociofinancement pour être en mesure d'acquérir une camionnette qui serait adaptée à sa condition par la Société de l'assurance automobile du Québec.

Kevin estime qu'il a besoin de 10 000 à 15 000 $ pour réaliser son rêve.

« L'autonomie, pour moi, ça représente la liberté », mentionne-t-il.

Pour atteindre son objectif, Kevin et son entourage ont aussi organisé une vente-débarras, un lave-auto et un quillethon qui leur a permis d'amasser 1500 $. Le jeune Sherbrookois a aussi confectionné plus d'une centaine de bracelets aux couleurs de différents pays et différentes équipes de la Ligue nationale de hockey. Des bracelets qu'il vend entre 1 et 6 $ (voir sa page Facebook).

Kevin désire aller au Cégep en arts, lettres et communication, profil littérature, l'an prochain. « J'aimerais devenir écrivain. Et écrire des romans policiers. Pendant mon secondaire, j'ai lu des livres d'Agatha Christie et de Christine Brouillet et je les ai beaucoup aimés », relate Kevin.

L'achat de la camionnette, qu'il pourrait conduire à l'aide de ses mains, est synonyme d'une vie active pour Kevin.

« Pour mes parents, je suis un gars normal qui aime le sport et aimerait avoir une auto », résume le deuxième d'une famille de quatre enfants qui aimerait se déplacer de façon autonome, « normalement ».

Pour encourager Kevin, les intéressés sont invités à se rendre sur le site Onedollargift.com.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer