Nouveau diplômé... et nouveau papa !

La petite Jeanne est née en plein durant... (Spectre Média, Jessica Garneau)

Agrandir

La petite Jeanne est née en plein durant la période d'examen en médecine de son père Xavier Boileau, que l'on aperçoit en compagnie de sa conjointe Laurie Marleau.

Spectre Média, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Le Magogois Xavier Boileau, nouveau diplômé en radiologie à l'Université de Sherbrooke, a fait face à une difficulté supplémentaire pour l'obtention de son doctorat. Sa fille Jeanne est née en plein milieu de la période d'examen.

« Idéalement, nous l'aurions eue au début juillet, mais elle est arrivée un peu plus tôt que prévu, lance Xavier Boileau, qui ira pratiquer à St-Jean-sur-Richelieu. Elle est arrivée en plein entre l'examen écrit et oral, mais c'est un beau problème d'avoir à s'occuper d'un bébé. »

La petite Jeanne est même allée rejoindre son père sur scène lorsque celui-ci a reçu son diplôme.

« En rétrospective, tout s'est bien passé, conclut Xavier Boileau. J'ai une conjointe qui me supporte et qui est très présente. On faisait chambre à part pour maximiser mon temps d'étude, mais j'arrivais à être présent pour l'enfant durant le jour. »

Jeanne semble d'ailleurs destinée à une carrière en médecine. Son père vient de devenir docteur et sa mère est pédiatre.

Une cohorte qui répond aux attentes

« C'est une cohorte qui je crois répond aux attentes de la société, souligne Dominique Dorion, doyen de la faculté de médecine. On est fier de graduer autant de médecin de famille. C'est une demande de la société on en entend parler sans arrêt. On est deux ou trois ans en avance sur le système de santé du Québec.»

Plus de la moitié des 180 nouveaux docteurs assermentés jeudi pratiqueront la médecine de famille alors que 94 % des nouveaux diplômés resteront au Québec.

« On a entendu parler un moment donné de l'exode vers les États-Unis, mais nous n'en avons aucun, lance fièrement Dominique Dorion. On ne pourrait pas dire la même chose des gens qui graduent à Montréal. »

Neuf médecins resteront dans la région de l'Estrie.

« On aurait pu recruter encore plus de monde pour l'Estrie, mais il n'y a pas assez de postes. »

Une pression sur le système d'enseignement

Les récentes demandes du gouvernement du Québec qui demande aux médecins de prendre plus de patients mettent beaucoup de pression sur l'enseignement selon Dominique Dorion.

« Nos professeurs sont à la fois des médecins qui doivent voir des patients et des enseignants, conclut-il. C'est correct, je ne veux pas critiquer, mais cette demande-là, qui est justifiée du point de vue de la population, cré une immense pression sur notre système d'enseignement. Nos professeurs sont torturés entre voir quelques patients de plus à la fin de la journée ou s'occuper de leur résident. »




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer