Prix de la SSJB : Marie-France Martel et Sandrine Charron honorées

Marie-France Martel, récipiendaire du prix du journalisme «... (Spectre Média, Maxime Picard)

Agrandir

Marie-France Martel, récipiendaire du prix du journalisme « Françoise-Gaudet-Smet », Lucie Carbonneau, présidente du Comité de Productions littéraires, Micheline Dupuis, présidente de la SSJB et Sandrine Charron, récipiendaire de prix sportif « Eugène Lalonde ».

Spectre Média, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Crédit photo : Spectre média : Jessica GarneauJournaliste : Cut Simon Roberge
Simon Roberge
La Tribune

(SHERBROOKE) La journaliste Marie-France Martel et l'entraîneuse de biathlon Sandrine Charron ont reçu respectivement le prix du journalisme « Françoise-Gaudet-Smet » et le prix sportif 2017 « Eugène Lalonde » remis par la Société Saint-Jean-Baptiste du diocèse de Sherbrooke samedi dernier.

« Le nom de Marie-France circulait autour de la table cette année, souligne Micheline Dupuis, présidente de la Société. On essaie de ne pas toujours donner le prix au même média. On essaie de diversifier pour donner un coup de pouce à tout le monde et leur dire qu'on apprécie leur travail. »

« On voulait également signaler les réalisations et l'implication de Sandrine Charron, poursuit-elle. Elle le mérite et le biathlon se développe de plus en plus. »

Marie-France Martel pratique le métier de journaliste depuis 20 ans. On peut l'entendre sur les ondes de la station 107,7. Elle couvre principalement les scènes municipales et judiciaires.

« C'est une belle reconnaissance, lance-t-elle. Ça donne une confiance et une belle crédibilité à mon travail. »

Ce prix souligne également selon elle l'importance de préserver l'information locale qui a subi quelques coups durs dans les dernières années.

« Le journalisme en région a toute sa raison d'être, explique-t-elle. Ce n'est pas vrai que le rôle de journaliste en région est moins important qu'à Montréal ou dans les grandes villes. C'est primordial de souligner le travail des artisans d'ici. »

Sandrine Charron, originaire de La Patrie, est l'entraîneuse-chef provinciale de biathlon. Elle entraîne aussi plusieurs jeunes à Sherbrooke.

« C'est un bel honneur surtout cette année. C'est la première fois que j'ai un champion du monde que j'entraîne depuis ses débuts », explique Sandrine Charron en parlant de Léo Grandbois qui est devenu champion du monde en catégorie benjamin en février dernier. « Cette année, les prix ont donc une signification un peu plus grande. C'est comme un aboutissement pour moi », ajoute-t-elle.

La soirée de samedi a également servi à attribuer des gratifications aux 35 lauréats, tous issus des écoles secondaires de la région, de la 34e édition du Concours de Productions littéraires « Roland Dubois ».

Ce concours veut rendre hommage aux jeunes auteurs et valoriser la qualité du français écrit.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer