Argyll: le CIUSSS ne rendra pas public le rapport d'enquête

Malgré les critiques, le CIUSSS de l'Estrie-CHUS ne... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Malgré les critiques, le CIUSSS de l'Estrie-CHUS ne rendra pas public le rapport d'enquête interne concernant les événements malheureux d'octobre 2016, quand un homme de 74 ans est décédé après une altercation avec un autre résident hospitalisé au CHSLD Argyll.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Malgré les critiques, le CIUSSS de l'Estrie-CHUS ne rendra pas public le rapport d'enquête interne concernant les événements malheureux d'octobre 2016, quand un homme de 74 ans est décédé après une altercation avec un autre résident hospitalisé au CHSLD Argyll.

La direction du centre de santé et services sociaux dit vouloir préserver la confidentialité des informations concernant ses patients.

«Tout événement touchant un de nos résidents est porté à l'attention de notre comité de gestion des risques pour enquête interne. Chaque situation est analysée sous différents angles afin de pouvoir en dégager les causes, identifier des points d'amélioration dans les processus et proposer des mesures pour en éviter la récurrence», mentionne Johanne Turgeon, présidente et directrice générale adjointe du CIUSSS de l'Estrie-CHUS dans une lettre expédiée à La Tribune mercredi après-midi. (La lettre est publiée en page 14)

«Les recommandations qui ressortent d'une enquête interne ne sont pas automatiquement synonymes de fautes commises. Ce type d'enquête a plutôt pour objectif d'améliorer la qualité des soins et services. Il ouvre la porte à l'intégration de meilleures pratiques» peut-on lire.

Rappelons que l'avocat spécialisé en droit de la santé Jean-Pierre Ménard critique le manque de transparence entourant le décès du patient après cette altercation. Selon lui, les gens de Sherbrooke qui ont des proches hospitalisés au CHSLD Argyll devraient s'inquiéter, car il redoute qu'on veuille cacher des informations.

Dans nos pages mercredi, Me Ménard se disait outré que le CIUSSS de l'Estrie-CHUS n'ait pas dévoilé son rapport d'enquête complet en lien avec ce décès, mais seulement ses recommandations et son plan d'action qui en découle.

Rappelons que les conclusions de l'enquête interne ont mené à un plan d'action de 23 recommandations. Entre autres, une infirmière ainsi qu'un préposé aux bénéficiaires ont été ajoutés aux équipes du personnel soignant du pavillon Argyll. Des caméras ont également été ajoutées dans les aires communes de l'unité afin d'assurer une meilleure vue d'ensemble pour le personnel soignant. Il y aura aussi une collecte de données quotidiennes sur les observations des comportements des résidents.

Le coroner est aussi à terminer son enquête et son rapport sera rendu public éventuellement. Me Ménard réclame en plus la tenue d'une enquête publique du coroner avec un mandat large.

Lundi dans La Tribune, le syndicat des professionnels en soins des Cantons-de-l'Est (FIQ-SPSCE) qualifiait de « poudre aux yeux » le plan d'action mis sur pied par le CIUSSS de l'Estrie - CHUS à la suite d'une altercation entre deux résidents.

Ministre Barrette

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, s'en remet à la direction du CIUSSS de l'Estrie-CHUS pour répondre «aux questions sur leur démarche ainsi que les mesures qu'ils ont mises en place», note Julie White, attachée de presse du ministre.

Du côté du Comité des usagers des CLSC et CHSLD de Sherbrooke et de l'IUGS, on se contente de mentionner qu'on a collaboré au plan d'action afin que d'éviter que pareil événement tragique ne se reproduise.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer