Bishop's: «On va cesser de se concentrer sur la survie»

Grâce au réinvestissement annoncé par Québec, l'Université Bishop's... (Spectre Média, Jessica Garneau)

Agrandir

Grâce au réinvestissement annoncé par Québec, l'Université Bishop's déposera dans les prochains jours un budget équilibré, le « deuxième budget équilibré depuis 10 ans », selon le principal Michael Goldbloom.  - Photo Spectre média, jessica garneau

Spectre Média, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) L'Université Bishop's déposera dans les prochains jours un budget équilibré, le «deuxième budget équilibré depuis 10 ans», selon le principal Michael Goldbloom.

La subvention de l'Université Bishop's augmentera de 19 %, a-t-elle appris récemment.  Elle passera de 21,5 M $ à 25,6 M $. Québec versera à Bishop's un financement annuel supplémentaire de 4 M $, un montant qui sera pleinement atteint en 2019-2020.

«Cet argent additionnel va nous permettre d'avoir un budget équilibré, mais pas nécessairement de diminuer le déficit accumulé», commente M. Goldbloom.

Il souligne que la hausse de cette subvention est le résultat de trois années de pourparlers.

Parallèlement à l'obtention de ce financement accru, Bishop's a déposé un plan de redressement qui prévoit une réduction de ses dépenses et une augmentation de ses revenus, liée à l'augmentation de l'effectif étudiant. L'institution anglophone s'attend à avoir quelque 2426 étudiants à temps plein et vise augmenter ce nombre à 2560 en 2019-2020. Ce plan prévoit des budgets équilibrés pour les trois prochaines années. Dans les réductions des dépenses, M. Goldbloom cite notamment la fin de la programmation professionnelle du Théâtre Centennial l'an dernier.

« Nous avons des engagements... Ce n'est pas simplement de l'argent que le gouvernement nous donne. Il y a des attentes. »

La hausse de la subvention permet-elle d'assurer la pérennité de l'institution?

« Pour l'avenir prévisible, la réponse est oui. On va cesser de se concentrer sur la survie de l'Université et on peut se tourner avec un peu plus d'optimisme vers l'avenir. »

L'institution fait face à plusieurs défis, dont le déficit du régime de retraite, qui atteignait 28 M$ à la plus récente révision actuarielle.

Le déficit accumulé de Bishop's est d'environ 15 M$.

Bishop's mène actuellement d'importants travaux de rénovation de sa bibliothèque et s'apprête à commencer la deuxième phase des travaux.

Des travaux sont aussi réalisés dans des salles de classe. Bishop's doit également rénover ses résidences.

« On prévoit les rénover une après les autres. On commencerait par la résidence Kuehner », commente Isabelle Goyette, vice-principale par intérim aux finances et à l'administration. « Nous n'avons pas pris une décision absolument finale là-dessus », note M. Goldbloom.

Par ailleurs, un comité a été formé afin d'étudier les possibilités pour l'édifice Divinity House, un bâtiment qui a dû être fermé en raison de sa vétusté. « On a demandé de faire un premier rapport en septembre », précise M. Goldbloom.

Le recteur de l'Université de Sherbrooke, Pierre Cossette, s'est réjoui pour son collègue de Lennoxville. « C'est bon pour l'Estrie, c'est un partenaire important... »

M. Cossette a toutefois précisé que l'UdeS n'a pas encore les règles spécifiques pour l'institution. « On n'a aucun signal pour un réinvestissement spécifique à l'UdeS. »

Dans son dernier budget, selon les projections, l'UdeS s'attendait à un rehaussement du financement d'environ 4,5 M$.

M. Goldbloom a quant à lui obtenu des confirmations de la part du sous-ministre adjoint à l'enseignement supérieur du ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur, Simon Bergeron.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer