Déjeunons en coeur avec la police atteint 100 000 $ en dons

La famille d'Élissa Grondin en compagnie du lieutenant... (Spectre Média, Mari-Lou Béland)

Agrandir

La famille d'Élissa Grondin en compagnie du lieutenant Stéphane Rioux. De gauche à droite Patrick Grondin, Scott Grondin, Josée Scantland, Élissa Grondin et Stéphane Rioux.

Spectre Média, Mari-Lou Béland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Crédit photo : Spectre média : Jessica GarneauJournaliste : Cut Simon Roberge
Simon Roberge
La Tribune

(SHERBROOKE) Près de 850 personnes ont déjeuné au Centre de Foires de Sherbrooke dimanche dans le cadre de Déjeunons en coeur avec la police. L'événement, qui en est à sa neuvième année, a dépassé les 100 000 $ en dons faits à la Fondation en coeur.

« On récolte en moyenne entre 13 000 $ et 17 000 $ par année et nous étions déjà à 95 000 $ donc nous allons certainement dépasser notre objectif, souligne le lieutenant Stéphane Rioux du Service de police de Sherbrooke (SPS). Nous devrions l'annoncer officiellement vers la fin de la semaine. »

Le groupe de musique régimentaire des Fusillers de Sherbrooke était sur place tout comme la participante de la voix junior Lee-Anne Viens et son père. Le public pouvait également côtoyer les chiens d'intervention du SPS et de la Sûreté du Québec en plus d'admirer les différents véhicules des services d'urgences.

« On était au Salésien dans les premières années et on avait reçu 400 personnes, mentionne Stéphane Rioux. Aujourd'hui nous avons besoin du Centre des Foires pour mettre l'activité sur pied. Mais il faut être ambitieux et j'aimerais bien attirer 1000 personnes l'an prochain. »

En soutien à la petite Élissa Grondin

Le succès de Déjeunons en coeur avec la police a permis l'an dernier de donner un chèque de 5000 $ à la famille d'Élissa Grondin, une jeune fille qui a reçu une greffe du coeur en 2016. La famille a utilisé l'argent pour rénover la maison.

« Élissa avait besoin d'un respirateur à sa sortie de l'hôpital et pour assurer la qualité de l'air je ne pouvais pas faire de rénovation, explique Patrick Grondin, le père d'Élissa. Notre maison ne compte que deux chambres. Ma femme et moi avons également arrêté de travailler pendant un an donc cet argent fait vraiment une différence. »

La Fondation en coeur a également assuré les frais des nombreux séjours à l'hôpital Saint-Justine de la famille Grondin.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer