Le Collège Mont Notre-Dame instaure une semaine de lecture

Le Collège Mont Notre-Dame tiendra une semaine de... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Le Collège Mont Notre-Dame tiendra une semaine de lecture, du 13 au 17 novembre, sous forme de projet-pilote.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Le Collège Mont Notre-Dame tiendra une semaine de lecture, du 13 au 17 novembre, sous forme de projet-pilote. L'école privée en a fait l'annonce vendredi.

Le projet-pilote est le fruit d'une réflexion de l'équipe pédagogique et du conseil d'administration, fait valoir l'institution. Le nombre de jours de classe demeure inchangé; il s'agit plutôt d'un réaménagement des journées de planification. Ainsi, les élèves qui ont des questions dans certaines matières pourront rencontrer leur professeur ou encore venir travailler à la bibliothèque, car celle-ci demeurera ouverte. Aux yeux de l'institution, ce temps de pause permettra aux quelque 455 élèves de refaire le plein et de maintenir leur motivation jusqu'au temps des Fêtes.

Le directeur général, Éric Faucher, soulève aussi d'autres avantages, comme l'organisation des vacances.

Les parents qui veulent partir avec leurs enfants pourront le faire à un autre moment qu'à la relâche, une période très en demande où les prix montent en flèche. Partir à cette période permettra aussi d'éviter de manquer des jours de classe. En outre, cette semaine pourrait servir afin de faciliter la gestion des rendez-vous médicaux.

Le Séminaire de Sherbrooke a annoncé ce printemps l'ajout d'une telle semaine à l'automne en rebrassant ses journées pédagogiques. L'ajout d'une deuxième semaine de congé est une pratique en vigueur depuis quelques années dans des écoles privées de Montréal et Québec. Cette tendance semble aussi s'installer en Estrie.

« On remarque depuis plusieurs années qu'en novembre, la motivation baisse, les jeunes deviennent plus fatiguées, commente Isabelle Côté, psychoéducatrice au Collège Mont Notre-Dame.

Contrairement à la semaine de relâche, où on demande qu'il n'y ait aucun travail qui soit envoyé à la maison, elles pourront lire leurs livres de lecture, s'avancer dans certaines choses... Ce n'est pas une semaine de congé, on ne veut pas l'appeler comme ça. Pour nous, c'est une semaine de lecture. C'est de dire : ''Rechargez vos batteries, revenez en forme pour reprendre un début de deuxième étape en force, de façon plus éveillée et plus reposée'' », commente Isabelle Côté. Elle rajoute que la semaine permettra au personnel de recevoir de la formation.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer