Aide alimentaire : la CSRS subit les contrecoups

La Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSRS) recevra... (Archives, La Tribune)

Agrandir

La Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSRS) recevra moins d'argent pour le soutien alimentaire aux élèves.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) La Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSRS) recevra moins d'argent pour le soutien alimentaire aux élèves. La CSRS estime, à ce moment-ci, qu'elle touchera près de 20 000 $ en moins pour cette allocation aux écoles secondaires.

Le montant était de 88 038 $ en 2016-2017 et il passera à 69 652 $ pour l'année 2017-2018.

En 2016-2017, l'allocation était destinée majoritairement à l'école internationale du Phare et à la Montée, et d'autres montants étaient attribués pour les autres écoles secondaires. L'organisation a fait savoir qu'elle analyse actuellement les mesures pour voir s'il y a une possibilité de combler le manque à gagner par d'autres mesures.

Le président du Syndicat de l'enseignement de l'Estrie (SEE), Benoit Houle, s'est dit surpris de cette baisse, alors que Québec soutient que l'enveloppe d'aide alimentaire a été reconduite et indexée.

« Notre situation à Sherbrooke n'a pas changé », souligne-t-il.

« Ce que je déplore, c'est que ce n'est pas la première fois qu'on perd de l'argent avec l'aide alimentaire (...) C'est rare que l'alimentation coûte moins cher dans l'année qui suit... » lance-t-il en ajoutant que cette enveloppe vise à assurer l'égalité des chances.

Pour la prochaine année (2017-2018), l'allocation est destinée uniquement à l'école internationale du Phare.

La Presse + a dévoilé mercredi que des écoles secondaires en région, pourtant « encore considérées comme très défavorisées par Québec » perdront le soutien alimentaire qui leur était accordé. L'enveloppe pour l'aide alimentaire sert entre autres à fournir des déjeuners, des dîners et des collations pendant les heures de classe. Le quotidien montréalais rapportait également que certaines organisations perdent toute leur enveloppe, tandis que d'autres voient le soutien être réduit considérablement.

Cette nouvelle survient alors que le ministre de l'Éducation, Sébastien Proulx, demande aux commissions scolaires d'embaucher dans la province quelque 1500 professeurs, éducateurs spécialisés et autres professionnels en vue de la prochaine rentrée scolaire. Les organisations scolaires de la région mènent actuellement des analyses afin de déterminer combien de postes elles devront pourvoir. À la CSRS et à la Commission scolaire des Sommets (CSS), on s'attend à avoir un portrait d'ensemble vers la fin de l'année scolaire, et ce sera le cas en août pour la Commission scolaire des Hauts-Cantons (CSHC).




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer