Loi spéciale: le travail reprend mercredi sur les chantiers

Le projet de loi 142 qui doit mettre fin à la grève des travailleurs de la... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Québec

Le projet de loi 142 qui doit mettre fin à la grève des travailleurs de la construction a été adopté à 76 voix contre 21, mardi matin, par les députés de l'Assemblée nationale; il n'y a pas eu d'abstention.

Par conséquent, dès mercredi, les salariés de la construction reprendront le travail sur les chantiers. De leur côté, les parties patronale et syndicale sont tenues de poursuivre les discussions en vue de conclure de nouvelles ententes négociées dans les quatre secteurs de l'industrie.

Les négociateurs des deux parties seront accompagnés au plus tard jusqu'au 30 octobre prochain de médiateurs nommés par la ministre responsable du Travail, Dominique Vien. Si ces pourparlers échouent, la ministre choisira elle-même les sujets litigieux qui seront soumis à l'arbitre.

La loi 142 prévoit aussi une augmentation de salaire de 1,8 pour les travailleurs, de même que le maintien des conditions de travail prévues dans les conventions collectives échues, jusqu'au règlement du différend.

L'adoption du projet de loi a donc mis fin à sept jours de grève dans le secteur de la construction.

Lundi, le principe du projet de loi avait été adopté vers 18h30, à 73 pour et 23 contre. Les libéraux et la Coalition avenir Québec (CAQ) ont voté en sa faveur, tandis que le Parti québécois et Québec solidaire ont voté contre.

La pièce législative a été attaquée de toutes parts, lundi, alors que des centaines de travailleurs de la construction ont convergé à Québec pour protester.

Un imposant cordon policier antiémeute a été mis en place dans le périmètre de l'Assemblée nationale pour prévenir les débordements. La foule a lancé plusieurs projectiles en direction des policiers, sans jamais toutefois les heurter. Les manifestants se sont dispersés peu après avoir reçu des appels au calme de la part de leurs représentants syndicaux.

Les syndicats ont affirmé qu'ils contesteraient la loi qualifiée d'inconstitutionnelle, tandis que les patrons ont dénoncé ce qu'ils ont appelé les cadeaux faits aux travailleurs.

L'Association de la construction du Québec (ACQ), qui représente environ 17 000 entreprises privées, a indiqué que les patrons avaient fait de nombreuses concessions, entre autres sur la reprise volontaire des travaux le samedi à taux simple en cas d'intempérie et la conciliation travail-famille.

Pour sa part, le porte-parole de l'Alliance syndicale de la construction, Michel Trépanier, a affirmé qu'au contraire, la loi spéciale désavantageait les quelque 175 000 travailleurs. À son avis, elle comporte des vices sur le processus d'arbitrage. Enfin, l'augmentation de salaire fixée dans la loi est inférieure aux demandes des syndicats qui étaient de l'ordre de 2,6 pour cent par année.

En Chambre lundi, le premier ministre Philippe Couillard a fait part de son intention de revoir le processus de négociation dans le secteur de la construction. Il a déploré qu'au fil des années, les parties en présence aient développé l'habitude d'attendre que le gouvernement règle pour elles.

Quant au chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, il a dit croire que l'approche du gouvernement avait échoué à amener les parties à un règlement. La façon dont le gouvernement a trop tôt évoqué la menace d'une loi spéciale n'a pas incité les gens à régler, selon le chef péquiste.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer