Un repas pour un sourire

De nombreux bénévoles ont contribué au succès du... (Spectre Média, Marie-Lou Béland)

Agrandir

De nombreux bénévoles ont contribué au succès du 25e Souper de l'espoir de la Fondation Rock-Guertin.

Spectre Média, Marie-Lou Béland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Stéphanie Girard
La Tribune

(Sherbrooke) Comme au restaurant, ceux qui participent au Souper de l'espoir apprécient particulièrement se faire servir. Un baume pour des gens pour qui ce n'est pas toujours facile.

Trois fois par année, soit en janvier, mai et septembre, la Fondation Rock-Guertin offre un repas chaud à près de 300 Sherbrookois. Depuis 2009, on parle de 25 éditions et plus de 7000 assiettes servies.

« Je me souviendrai toujours du premier souper qu'on a fait, les gens arrivaient puis ils cherchaient les cabarets et quand on leur disait qu'on les servait, ils étaient vraiment surpris », se rappelle Denis Fortier de la Fondation Rock-Guertin.

Grâce à l'aide de précieux donateurs, la fondation ne débourse pas un sou pour les repas offerts au sous-sol de la cathédrale de l'Archidiocèse de Sherbrooke. Vendredi, les convives ont pu manger lasagne, salade de chou et gâteau au sirop d'érable.

Des bénévoles de tout âge et de tout horizon prêtent main-forte lors des Soupers de l'espoir. Ils sont entre 30 et 50 à assurer que le repas se déroule dans la meilleure ambiance possible.

« Souvent c'est notre clientèle qu'on côtoie, donc c'est plaisant de renverser les rôles pour une fois. C'est rassembleur. Les gens sont de bonne humeur quand ils viennent ici », explique l'une des bénévoles, Mélanie Gendron, psychoéducatrice à l'équipe Itinérance du CLSC de Sherbrooke.

L'événement est sans contredit apprécié de ses bénéficiaires qui attendent avec enthousiasme chacune des éditions. On peut lire une réelle reconnaissance dans leurs yeux, tandis qu'ils applaudissent les bénévoles au fur et à mesure que les repas sont distribués.

« Ça nous permet de faire une petite sortie, de nous reposer, de ne pas faire la cuisine et de se faire servir par quelqu'un d'autre, puis c'est bon », indique Line, une fidèle des Soupers de l'espoir.

Rappelons que la Fondation Rock-Guertin vient en aide aux Sherbookois aux prises avec des difficultés à manger à leur faim. À la fin du souper, tous recevront d'ailleurs un petit sac de nourriture, contenant barre tendre, jus et prêt-à-manger, pour les aider durant la fin de semaine.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer